/24m/chronicle
Navigation

Le BIXI du transport d’aliments

Il veut « connecter » votre tasse de café

Le BIXI du transport d’aliments
Photo Louis-Philippe Messier

Coup d'oeil sur cet article

L’idée d’une tasse «intelligente» pour savourer son café sur la route semble exagérément technologique. Pourtant, ce service de location imaginé par un jeune Montréalais entend révolutionner l’emballage de n’importe quel type de nourriture. Aux contenants jetables des épiceries ou restaurants, il propose une solution de rechange : une sorte de «BIXI» des contenants.

La tasse à café «intelligente» de la compagnie CANO se rode cet automne dans la cafétéria La Verrière du pavillon Hubert-Aquin de l’UQAM. Ce système facile d’utilisation — je l’ai essayé — s’avère plus difficile à expliquer : « C’est un peu comme BIXI avant que ça existe et que les gens l’expérimentent », reconnaît Marco Gartenhaus, le fondateur de CANO.

Le BIXI du transport d’aliments
Photo Louis-Philippe Messier

 

L’inscription anonyme ne requiert ni téléphone ni application. Pour 5 $ à la caisse, on vous remet une « clef » ronde insérable au porte-clefs et vous accédez aux tasses pendant un an. Quand vous rapportez la vôtre en la collant au lecteur magnétique, CANO sait qu’elle est revenue ; après lavage, elle retourne en service. Chaque clef permet l’emprunt de deux tasses ; il faut les rapporter pour en prendre d’autres. L’utilisateur qui le souhaite peut aussi en ligne ouvrir un dossier à son nom et profiter d’éventuels rabais ou promotions.

Technologie du vrac

La tasse à café pave la voie à un projet plus ambitieux. CANO travaille déjà à un contenant étanche connecté pour les repas à emporter. « Notre mission, c’est de remplacer tous les emballages à utilisation unique parce que ça génère énormément de déchets », explique M. Gartenhaus. Cet ancien des HEC âgé de 29 ans a étudié le design industriel à l’Université de Montréal. Il a lui-même dessiné la tasse.

Le losange qui texture sa surface représente un canot vu de haut ; le nom de la compagnie évoque ce premier moyen de transport par excellence du pays. Entièrement recyclable en boucle fermée par CANO, la tasse se fait fondre et remouler en banlieue de Montréal. Desjardins, Futurpreneur Canada, PME Montréal et la Banque de développement du Canada se sont investies dans le démarrage du projet.

Abonnement aux contenants

Imaginez que l’on puisse emprunter des contenants de transport dans les cafés, les épiceries en vrac, les supermarchés. Au lieu des polluantes barquettes de polystyrène jetables, la viande et les légumes seraient offerts dans des plats réutilisables un nombre incalculable de fois.

« On peut s’abonner à la bibliothèque ou à BIXI pour louer des livres ou des vélos, alors pourquoi pas des contenants en libre-service ? », demande M. Gartenhaus.

Précision

Une erreur s'est glissée dans un des titres qui accompagnaient ma chronique la semaine dernière. Il indiquait que j'avais acheté une trousse de naloxone. Toutefois, je vous rappelle que ces trousses sont offertes gratuitement.