/entertainment/music
Navigation

La tristesse lumineuse de Safia Nolin

La tristesse lumineuse de Safia Nolin
Dominick Gravel/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Safia Nolin a envoûté le Théâtre Outremont avec les pièces mélancoliques de son nouvel opus, «Dans le Noir», dans le cadre de sa rentrée montréalaise jeudi soir.

Passées les premières notes discordantes de la pièce crève-cœur «Le Miroir», Safia Nolin a émergé de la noirceur déguisée en fantôme.

«Je m’excuse de mon corps, pour mon cœur», a-t-elle chanté d’une voix forte.

Un immense drap blanc sur la tête, entourée de glaces pyramidales qui renvoyaient son image de tous les angles, la musicienne a envoyé un message clair à ses détracteurs et autres trolls virtuels, avant d’arracher avec un bonheur évident le tissu qui la cachait.

C’est sans effort que la chanteuse a ensuite enveloppé son public d’une chape de douce mélancolie, réconfortante comme une chaude couverture lors d’un jour de pluie. Safia Nolin a le don de nous prendre par la main afin d’explorer avec elle les recoins les plus sombres de sa vie, tout en nous faisant rire à gorge déployée entre chaque pièce, chantant même «Bonne fête» à une spectatrice nommée Rosalie, qui se rappellera sûrement longtemps de ce cadeau d’anniversaire.

Les moments de tristesse étaient toutefois bien présents, le public se laissant bercer avec de nouvelles chansons comme «Les Chemins» et «Je ne comprends pas», que l’on a l’impression de connaître depuis toujours. La musicienne a même gâté ses admirateurs avec une reprise de la chanson «Loadé comme un gun», d’Éric Lapointe, et «Belle» de Notre Dame de Paris.

La Safia Nolin fragile de l’opus «Limoilou» est toujours perceptible, mais l’artiste qui se tient sur scène aujourd’hui a vraisemblablement grandi. Plus solide, assumée, mais toujours aussi naturelle, la musicienne a livré une magnifique prestation.

Assurant la première partie, la chanteuse La Force, alias Ariel Engle du groupe Broken Social Scene, a conquis la salle avec son électro-rock minimaliste livré avec candeur et assurance.

Au moment d’écrire ces lignes, les deux artistes n’avaient pas encore uni leurs voix sur scène pour la très belle «Lesbian Break-Up Song», mais parions que cette chanson aura su elle aussi donner envie aux mélomanes de fermer leurs yeux et de se laisser glisser dans le «spleen» auquel nous convie si bien Safia Nolin.