/news/currentevents
Navigation

Accident de travail mortel à la Romaine: Hydro-Québec coupable

Coup d'oeil sur cet article

Hydro-Québec est coupable d’avoir enfreint la Loi sur la santé et la sécurité du travail concernant la mort, en 2015, d’un opérateur de pelle mécanique au chantier hydroélectrique de la rivière Romaine, sur la Côte-Nord.

Un jugement rendu en septembre par le juge François Paré de la Cour du Québec confirme que la société d’État a fait preuve de négligence.

La société d’État contestait un constat d’infraction qui lui avait été remis à la suite de la tragédie.

Dans la nuit du 11 mars 2015, sur le site de la centrale de la Romaine-3, qui était alors en construction, une pelle mécanique a sombré dans l’eau et son opérateur Steeve Barriault s'est noyé, malgré les tentatives de ses collègues pour le sauver.

Après enquête, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) avait blâmé Hydro-Québec et l’entreprise de construction Neilson-EBC pour leur gestion déficiente. Hydro-Québec contestait le constat d’infraction qui lui avait été remis.

Dans une décision de 15 pages, le juge estime que des mesures particulières auraient dû être prises pour gérer l’eau qui s’accumulait au fond de la centrale.

Un mois et demi avant l’accident, Hydro-Québec avait demandé le retrait des pompes qui assuraient l’évacuation de l’eau. À ce sujet, le juge François Paré écrit: «L’enlèvement des pompes le 23 janvier sans mesure palliative est préoccupant. On ne dispose d’aucune mesure du débit journalier qui aurait permis d’anticiper l’accumulation. Au contraire, la veille de l’accident, on se questionne encore sur la présence d’eau. De telles données auraient établi la nécessité d’assécher le site.»

La mère de Steeve Barriault s’est dite satisfaite de cette décision. Jointe au téléphone, elle dit avoir été convaincue dès le début de la responsabilité d’Hydro-Québec relativement à la mort de son fils. D’ailleurs, la dame, d’autres membres de la famille et des collègues de travail de Steeve Barriault, qui était de Havre-Saint-Pierre, ont intenté le printemps dernier une poursuite de 3,9 millions dollars contre Hydro-Québec.

Coupable d'avoir enfreint la Loi sur la santé et la sécurité du travail, Hydro-Québec a écopé de la peine minimale et devra verser 16 124 $.

La semaine dernière, les avocats d’Hydro-Québec ont signifié aux tribunaux leur décision de porter la cause en appel.