/sacchips/zoneassnat
Navigation

Voici pourquoi Mathieu Lacombe est bien placé pour être ministre de la Famille

Le nouveau ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, accompagné de son fils.
Photo Simon Clark Le nouveau ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, accompagné de son fils.

Coup d'oeil sur cet article

Le nouveau ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, est probablement l’une des personnes les mieux placées pour comprendre les enjeux du ministère qu’il dirigera...

À LIRE AUSSI: Le nouveau ministre de la Famille prête serment avec... sa famille!

Non seulement est-il, à 30 ans, papa de deux jeunes garçons, mais le nouveau député de Papineau a aussi eu à grandir de famille d’accueil en famille d’accueil.  

C’est ce qu’il a confié dans une longue entrevue accordée au Droit, où, pour la première fois, il a parlé publiquement de son enfance atypique.

«Mes parents se sont séparés quand j’étais très jeune. J’ai eu une enfance plutôt sinueuse et j’ai grandi dans un contexte qui n’était pas facile, qui faisait que j’étais souvent laissé à moi-même. J’ai souvent dû me débrouiller seul, quand j’étais enfant. J’ai grandi avec ma mère, mais elle souffrait de problèmes de santé mentale assez importants. J’adore ma mère, mais elle n’avait pas les capacités pour m’encadrer. Elle ne pouvait juste pas, à cause de ses problèmes de santé. À un moment donné, j’ai dû quitter et je suis allé habiter quelque temps avec mon père, qui était mécanicien. Mais encore là, le milieu familial n’était pas encadrant et pas trop gagnant pour moi. Donc, j’ai été obligé d’habiter dans des familles d’accueil pendant quelques années. Rendu au secondaire II, j’ai finalement été hébergé par une tante et un oncle qui ont changé ma vie. Parce que, du moment où je me suis retrouvé dans un cadre enveloppant et familial, et où j’avais l’impression d’être valorisé, je suis devenu premier de classe, je me suis engagé dans le conseil scolaire et dans le journal étudiant, je me suis intégré et ç’a changé ma vie», a-t-il confié.

Mathieu Lacombe dit avoir été inspiré par le discours sur l’égalité des chances de son chef, le premier ministre François Legault.

Le nouveau politicien croit qu’il est important d’offrir «une chance égale à tous les enfants».

«Cet objectif [...] résonne beaucoup en moi. Parce que, du moment où je me suis retrouvé dans un cadre familial où j’ai été capable d’avoir les bons outils pour me développer, ma vie a changé», a-t-il expliqué au Droit.