/finance/business
Navigation

Trois autres boutiques de la SQDC veulent se syndiquer

Trois autres boutiques de la SQDC veulent se syndiquer
Sébastien St-Jean / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le mouvement de syndicalisation des employés de la Société québécoise du cannabis (SQDC) continue de prendre de l’ampleur après que les employés de trois succursales eurent choisi de se joindre au Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP).

Trois demandes d’accréditation ont été déposées vendredi devant le Tribunal administratif du travail (TAT) pour les boutiques de Drummondville, de Lévis et de Saint-Jean-sur-Richelieu.

Plus tôt cette semaine, les Travailleurs et les travailleuses unis de l’alimentation et du commerce (TUAC), affiliés à la FTQ, en ont fait autant pour les magasins de Rimouski, de Québec (Sainte-Foy) et du centre-ville de Montréal.

La CSN est aussi en maraudage après des salariés de la SQDC.

Les centrales syndicales trouvent insuffisant le salaire de 14$ de l’heure des employés œuvrant dans les succursales.

En comparaison, les conseillers de la Société des alcools (SAQ) gagnent 19$ de l’heure. Au Nouveau-Brunswick, les commis des boutiques de Cannabis NB sont payés entre 18 et 20$ de l’heure.