/news/politics
Navigation

Andrew Scheer promet de relancer Énergie Est

Andrew Scheer promet de relancer Énergie Est
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le chef du Parti conservateur, Andrew Scheer, s’est engagé dimanche à discuter avec TransCanada afin de relancer le dossier de l’oléoduc Énergie Est lors d’un discours à saveur préélectorale livré à Ottawa.

Lors de son discours, prononcé un an jour pour jour avant l’élection fédérale de 2019, M. Scheer a dirigé l’ensemble de ses attaques et critiques contre le premier ministre Justin Trudeau.

Le chef conservateur a notamment promis de donner un coup de pouce au secteur pétrolier en relançant des projets d’oléoducs. Il s’en est aussi pris aux «manifestants radicaux» qui ont entraîné la révision du projet d’oléoduc Trans Mountain, dans l’Ouest canadien. «Rien ne me rend plus fou que de voir ces gens se coucher devant des bulldozers, s’enchaîner aux arbres, pour bloquer les exportations canadiennes d’énergie responsable [...]. Pourtant, je ne les vois pas bloquer les pétroliers sur le Saint-Laurent», s’est insurgé M. Scheer.

Dans cette optique, M. Scheer souhaite relancer le projet d’oléoduc Énergie Est, un tracé de 4600 km qui visait à acheminer 1,1 million de barils de pétrole de l’Ouest vers l’Est du pays, afin que le Canada devienne autosuffisant en matière de consommation de pétrole.

Encouragé par l’appui de nouvelles provinces, incluant l’Ontario, le chef conservateur a aussi réitéré sa promesse de se débarrasser de la taxe sur le carbone pancanadienne, que les libéraux souhaitent voir entrer en vigueur en janvier.

Un «mandat d’échecs»

Par ailleurs, Andrew Scheer s’est attaqué à Justin Trudeau en déplorant que son gouvernement ait cédé face aux Américains dans le dossier de la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain, notamment en ouvrant une partie du marché laitier canadien. Il s’est aussi attaqué aux déficits accumulés depuis l’arrivée des libéraux au pouvoir, en 2015.

«Les conservateurs vont cesser ces attaques sur les générations futures et éliminer les déficits de Justin Trudeau», a d’ailleurs clamé M. Scheer.

«Dans un an, nous allons mettre un terme au mandat d’échecs de Justin Trudeau», a résumé M. Scheer en cherchant à galvaniser ses troupes.