/sports/soccer/impact
Navigation

L’Impact l’emporte et reste en vie

L’Impact bat Toronto 2 à 0 et conserve ses chances de faire les séries

Coup d'oeil sur cet article

L’Impact devait absolument l’emporter et avoir un peu d’aide extérieure pour garder espoir de participer aux séries éliminatoires et c’est ce qui s’est passé. Ignacio Piatti a réalisé un doublé en seconde demie pour mener les siens à une victoire de 2 à 0 sur le Toronto FC.

On surveillait évidemment la rencontre entre D.C. United et New York City FC qui s’est soldée par une victoire de 3 à 1 de D.C. qui a obtenu son billet pour les séries.

L’aide est plutôt venue du très mauvais Orlando City SC, qui a marqué sur un tir de pénalité à la toute fin des arrêts de jeu pour défaire le Crew de Columbus 2 à 1. Orlando mettait fin à une séquence de 13 matchs consécutifs sans victoire. Un vrai scénario hollywoodien.

Ainsi, Columbus se retrouve au sixième rang avec 48 points, deux de plus que l’Impact. Une victoire montréalaise en Nouvelle-Angleterre dimanche prochain jumelée à une défaite ou un verdict nul du Crew permettrait à l’Impact d’obtenir le dernier billet disponible pour le tournoi automnal puisque l’Impact détient l’avantage du bris d’égalité avec 14 victoires contre 13 pour le Crew, qui a plus de matchs nuls.

Le seul hic, c’est que Columbus joue son dernier match à domicile contre Minnesota qui a une fiche de 1-13-2 à l’étranger cette saison.

Début stérile

Pourtant, le scénario du match ne semblait pas favoriser l’Impact qui a connu, tout comme Toronto, une première demie un peu stérile.

Les Montréalais croyaient quand même avoir ouvert la marque, mais l’officiel Baldomero Toledo a consulté la reprise vidéo pour constater, avec raison, que Quincy Amarikwa était hors-jeu.

L’Impact s’est créé des chances, mais a une fois de plus été miné par un manque de finition, ce qui a certainement fait grincer des dents Rémi Garde.

« Ç’a été un après-midi avec pas mal de rebondissements, assez ouvert, qui a basculé en notre faveur. On est très contents de continuer notre route jusqu’au dernier match », a concédé l’entraîneur-chef qui est allé sonner la cloche dans la tribune Est à la fin de la rencontre.

« On a eu des opportunités, et assez souvent je me suis dit que j’espérais qu’on ne les regrette pas. »

En montée

Tout le monde assure que les pointages des autres matchs n’ont pas été consultés à la pause, mais l’équipe est sortie comme si elle avait reçu un coup de fouet et les 19 684 spectateurs ont réchauffé l’atmosphère malgré la froideur de la température.

« Ce que j’ai aimé, c’est qu’on est monté en puissance. En première mi-temps, il y avait de la fébrilité. »

Tout a débloqué de façon un peu étrange quand Ignacio Piatti s’est fait retenir par Eriq Zavaleta dans la surface torontoise. Le jeu s’est poursuivi et Baldomero Toledo a finalement décidé d’aller consulter la reprise pour accorder un tir de pénalité au Bleu-blanc-noir que Piatti a converti à la 74e minute pour soulever le stade.

L’Argentin n’avait pas fini sa journée de travail. Il s’est présenté seul devant Alex Bono quelques minutes plus tard, mais en faisant trop dans la dentelle, il a bousillé sa chance.

C’est finalement à la 89e minute, après une mauvaise sortie de Bono qui a mal communiqué avec Chris Mavinga, que Piatti a inscrit son 16e but de la saison pour confirmer la victoire des siens.

Sagna impeccable

Outre Piatti, Bacary Sagna a certainement été le meilleur joueur dans l’ensemble de la rencontre.

Il a été très remuant en attaque pendant que le flanc gauche était affaibli par l’absence de Daniel Lovitz, blessé.

Sagna a aussi été très efficace défensivement avec un superbe tacle qui a sauvé un but certain en seconde demie en plus de se sacrifier, recevant deux ballons en plein visage.

À l’autre bout du spectre, il y a Rudy Camacho qui a peiné par moments et surtout Saphir Taïder qui a possiblement disputé son pire match de la saison. Rien ne lui réussissait.

Quincy Amarikwa a lui aussi eu une rencontre difficile mise en relief par un tir à côté du filet alors qu’il était seul devant Bono et qu’il avait le temps de décocher un tir précis plutôt que précipité.

+
Bacary Sagna
Nacho Piatti a été le héros avec les deux buts, mais Sagna a joué un match inspiré dans toutes les phases de jeu, ce qui a donné un élan à l’équipe.
-
Quincy Amarikwa
Les choses n’ont pas vraiment fonctionné pour le Californien qui a raté quelques chances en or, des chances qu’un attaquant se doit de convertir.
2
0
Montréal
Gardien :
Evan Bush.
Défenseurs :
Bacary Sagna, Rod Fanni, Rudy Camacho, Jukka Raitala.
Milieu :
Micheal Azira, Samuel Piette, Saphir Taïder.
Attaquant :
Alejandro Silva, Quincy Amarikwa, Ignacio Piatti.
Toronto
Gardien :
Alexander Bono.
Défenseurs :
Auro, Gregory van der Wiel, Chris Mavinga, Ashtone Morgan (remplacé par Ryan Telfer à la 77e).
Milieu :
Michael Bradley, Jay Chapman (remplacé par Eriq Zavaleta à la 69e), Jonathan Osorio, Marco Delgado (remplacé par Tosaint Ricketts (à la 85e).
Attaquant :
Sebastian Giovinco, Lucas Janson.
But
Montréal : Piatti (74e, sur pén.), Piatti (89e)
Cartons
MONTRÉAL : Sagna (38e) TORONTO : Osario (45e)
 
TIRS
ARRÊTS
MTL
5
4
TFC
4
3
 
POSSESSION
FAUTES
MTL
49,4 %
9
TFC
50,6 %
10
 
HORS-JEUX
COINS
MTL
5
6
TFC
1
3
 
NOMBRE DE PASSES
NOMBRE DE PASSES RÉUSSIES (%)
MTL
478
85,0 %
TFC
496
85,0 %