/entertainment/opinion/columnists
Navigation

Ginette Reno, la grosse

Coup d'oeil sur cet article

Ne criez pas. Ne vous offusquez pas. Ne m’accusez pas d’intimider Ginette.

Ce n’est pas moi qui le dis, c’est Ginette Reno elle-même. Sur son dernier album, elle a une chanson qui s’intitule La grosse.

Elle voulait même que son album s’appelle La grosse !

Et quand elle a rencontré les journalistes chez elle, la semaine dernière, elle a même confié qu’elle avait souhaité un panneau publicitaire qui aurait annoncé « La grosse s’en vient en ville ».

En grosses lettres

Les gens la traitent de grosse ? Au lieu de se rouler en petite boule et de se complaire dans sa victimite, Ginette Reno a décidé de reprendre à son compte ce mot devenu tabou. Pas « enveloppée », pas « ronde », pas « taille plus », pas de « célébration de la diversité corporelle ». Non, grosse.

Je ne sais pas pourquoi son entourage ne l’a pas laissée intituler son album La grosse. Ça aurait été trop savoureux d’entendre les plaignards habituels s’offusquer que l’on banalise ainsi la « grossophobie ».

Et quel dommage qu’ils n’aient pas embarqué dans son idée folle d’affiche géante « La grosse arrive en ville » !

Ça aurait été la meilleure campagne publicitaire depuis que Marie-Chantale Toupin a mis une affiche sur le pont Jacques-Cartier, où on voyait son opulente poitrine, avec le slogan « Regardez-moi dans les yeux ».

Ginette et Gino

En entrevue avec Gino Chouinard à TVA, la semaine dernière, Ginette est partie à pleurer en racontant à quel point l’enregistrement de La grosse a été douloureux. Mais c’est elle qui a demandé à des auteurs d’écrire une chanson sur ce mot tabou « grosse », qui est la façon dont on la désigne en France, dit-elle. « C’est une façon de tourner le négatif en positif », a-t-elle expliqué à Gino.

Ça m’a fait penser à Barbra Streisand. Pas juste parce que ces deux femmes ont des voix hallucinantes, mais parce qu’à ses débuts, Streisand s’est fait dire de se refaire le nez, vu que son appendice nasal était comme qui dirait... gros.

Au lieu d’écouter les critiques, Streisand s’est fait photographier de profil, avec un rayon de projecteur bien dirigé sur son gros nez. Ten toé, mets ça dans ta pipe, si mon nez te dérange, je te le mets en pleine face !

Dans le livret de son nouvel album, Ginette écrit à propos de la chanson La grosse : « Je me suis toujours demandé jusqu’à quel point une chanteuse pouvait se dévoiler ou chanter ce qu’elle vit ». Je pense qu’on a la réponse quand, dans la chanson, Ginette dit : « Les miroirs devraient réfléchir avant de renvoyer leur image ».

Miroir, miroir, qui est la plus belle ?

Parlant d’image, sérieusement, qu’est-ce qu’elle est belle Ginette Reno sur sa pochette et dans ses photos de promo, avec sa longue chevelure ondulée !

Au début, je me suis dit que c’était le photographe qui avait fait un boulot hors de l’ordinaire. Puis je me suis dit que si Ginette était si belle, c’est qu’elle s’assumait pleinement, comme elle est. Avec l’histoire de sa vie écrite sur son visage, avec ses cheveux poivre et sel.

Ce n’est pas seulement que Ginette n’a jamais été aussi belle. C’est qu’elle n’a jamais été aussi bien.