/opinion/columnists
Navigation

Ginette Reno: quand le quétaine devient patrimonial

Les comédiens Joey Scarpellino, Simon Pigeon, Marianne Verville, Jean-Carl Boucher, Alexandre Bacon Braunstein, Maude Carmel et leur ami Jean-Phillippe.
Maude Carmel Les comédiens Joey Scarpellino, Simon Pigeon, Marianne Verville, Jean-Carl Boucher, Alexandre Bacon Braunstein, Maude Carmel et leur ami Jean-Phillippe.

Coup d'oeil sur cet article

***Cette chronique est le coup de cœur de la rédaction

Écoutez les réactions de Sophie Durocher au sujet de cette chronique à partir de 24m42s

Sophie Durocher m’a demandé lundi matin sur Qub Radio si je trouvais Ginette Reno quétaine.

Je lui ai répondu par la positive. Oui, Ginette Reno peut s’avérer quétaine, même chez les plus bienveillants. Vieux jeu? Parfois. Mais démodée? Jamais.

C’est que Ginette nous insuffle depuis tellement longtemps sa tendresse du plus pur et du plus profond de son coeur, que certains n’ont pas le choix de l’insérer dans la catégorie «quétaine» de leur lobe frontal. Une catégorie qui nous immunise des larmes que génère parfois son authenticité désarmante, mais une catégorie qui nous prouve aussi que Ginette s’ancre encore solidement dans le présent.

Quand l’humour rend hommage

Oui, vous avez bien lu. Quétaine signifie parfois contemporain.

Et c’est cette chanson du collectif rap Alaclair Ensemble en réponse au désir de Ginette de collaborer un jour avec un tel groupe, qui nous le prouve.

Dans ce clip surgit Ginette, dans sa Cadillac rose, délicieusement décomplexée et enflammée par un excès d’attitude. Un mélange de kitsch, de deuxième degré et d’hommage candide, Alaclair réussit à prouver au Québec que ce qui paraît parfois vieux jeu est ce qui est parfois le plus actuel.

«Team Ginette»

Mais ce qui nous prouve dur comme fer que Ginette reste intouchable pour toutes les générations, c’est cette fois en 2014, où mes amis et moi avions fait fureur en arrivant dans un événement médiatique avec nos chandails à l'effigie de Ginette.

«C’est pour le Canadien?», nous demandaient plusieurs.

«Pas seulement», nous répondions. «C’est que Ginette, et sa pochette d’album, c’est le Québec, c’est nous, c’est vous, c’est tout le monde qui veut faire la tendresse, ou la recevoir.»

Et même encore aujourd’hui, avec son nouvel album, Ginette sait rejoindre chaque cœur qui bat. Que ce soit avec des titres de chanson comme «La Grosse», qui nous rappelle qu’en 2018, on n’a pas besoin de passer par 16 chemins pour décrire une personne grosse, et que ce n’est pas une insulte. La chanteuse sait évoluer au rythme des époques, et rassembler.

Car hautement patrimoniale, Ginette ne sait pas se démoder, en nous rappelant toujours que «l’essentiel, c’est d’être aimé».

***Cette chronique est en lien à la thématique culturelle proposée par Sophie Durocher

 

 


Mentors X Novices - lundis et jeudis en baladodiffusion sur qub.radio
Les Novices : l’émission - samedis matins de 10h à 11h sur qub.radio
Les chroniques écrites – sur les sites du Journal de Montréal et du Journal de Québec et dans les journaux