/news/cannabis
Navigation

Le grand patron de la SQDC va quitter plus rapidement que prévu

Il devait prendre sa retraite à la fin décembre après la mise sur pied du réseau

GEN  - ALAIN BRUNET PDG DE LA SAQ
Photo Martin Alarie Alain Brunet, lors d’une entrevue avec Le Journal en janvier, au siège social de la SAQ à Montréal. M. Brunet travaille pour la société d’État depuis plus de 37 ans. Il a amorcé sa carrière comme commis et a grimpé tous les échelons de la hiérarchie.

Coup d'oeil sur cet article

Le grand patron de la Société québécoise du cannabis (SQDC), Alain Brunet, quittera ses fonctions au cours des prochains jours.

L’ancien président-directeur général de la Société des alcools du Québec (SAQ) dirigeait les destinées de la SQDC depuis la fin du mois de juin.

Alain Brunet avait prévu de mettre sur pied le réseau de magasins et de distribution de la SQDC avant de prendre sa retraite à la fin du mois de décembre 2018.

Or, tout indique que son passage à la SQDC aura été plus court que prévu.

Pas précipité

« Il n’y a rien de précipité dans cette annonce. C’était prévu que M. Brunet quitte après avoir mis sur pied la SQDC », a indiqué hier au Journal un porte-parole de la SQDC, Mathieu Gaudreault.

Son successeur à la tête de la SQDC devrait être nommé prochainement.

Arrivé à la SAQ il y a plus de 37 ans, Alain Brunet a gravi les échelons un à un avant d’être nommé PDG de la société d’État en janvier 2014 par le gouvernement péquiste de Pauline Marois.

Son mandat de cinq ans se terminait en décembre prochain.

Depuis le 26 juin dernier, il pilotait la mise en service de la nouvelle filiale de la SAQ, la SQDC.

L’an dernier, Alain Brunet a obtenu une rémunération totale de 482 660 $ à titre de PDG de la SAQ.

Départ chaotique

Les nombreuses ruptures de stock et le manque de produits sur les tablettes des magasins de la SQDC observés ces derniers jours ne seraient pas étrangers à son départ rapide, murmure-t-on en coulisses.

La direction de la SQDC avait pourtant laissé entendre la semaine dernière qu’elle s’était préparée à une forte affluence en vue de la légalisation du cannabis, en signant d’importants contrats avec de gros producteurs.

Plusieurs analystes avaient pourtant prédit une rupture significative des stocks de cannabis partout au pays dès les premiers jours de la légalisation.

Le producteur ontarien Aphria, fournisseur de la SQDC, a laissé entendre au cours des dernières semaines que les consommateurs canadiens allaient se heurter à des pénuries dans les premiers mois du marché légal.

« Il y aura des pénuries de produits dans les premières phases de la consommation. Le pipeline ne sera pas plein », a prévenu la semaine dernière le PDG d’Aphria, Vic Neufeld.

Selon l’Institut C.D. Howe, la production de cannabis au pays ne pourra répondre qu’à seulement 38 % de la demande au cours des 12 prochains mois.

La production de cannabis devrait atteindre les 210 000 kilos cette année, alors que la demande sera de 610 000 kilos, selon l’estimation de l’Institut C.D. Howe.

CE QU’IL LAISSE EN PLAN

  • Des succursales mal préparées pour répondre à la demande
  • Des ruptures de stock
  • Un réseau limité à quelques succursales
  • Des employés formés qui attendent de nouvelles succursales
  • Des demandes d’accréditation syndicale

Des employés se tournent les pouces en attendant les commandes

Les nombreuses ruptures de stock dans les magasins de la Société québécoise du cannabis (SQDC) forcent certains employés à se tourner les pouces.

Hier, lors du passage du Journal à la succursale Lebourgneuf, à Québec, en début d’après-midi, plusieurs employés tournaient en rond, alors que les clients se faisaient plus rares.

Derrière le comptoir, de nombreuses tablettes étaient vides.

Seulement un produit était disponible au gramme au coût de 10,80 $.

Les produits recommandés par les conseillers de la SQDC allaient des formats de 3,5 grammes à ceux de 15 grammes.

Pas de coupes prévues

À la SQDC, on dit n’avoir pas l’intention de réduire le nombre d’employés dans les succursales au cours des prochains jours.

La filiale de la SAQ soutient que ses employés ont aussi un rôle d’information à jouer auprès des clients potentiels qui se présentent en magasin.

« Il n’est pas question pour l’instant de fermer les succursales. Des livraisons de produits sont prévues au cours des prochains jours par nos différents fournisseurs afin de maintenir une disponibilité des produits », a indiqué un porte-parole de la SQDC, Mathieu Gaudreault.

Dans les magasins de la Société québécoise du cannabis à Montréal, l’arrivage de nouveaux produits sur les tablettes hier a permis aux clients de repartir avec du cannabis à fumer.

« Les gens ne trouvent pas forcément le produit qu’ils étaient venus chercher, mais je les conseille pour trouver autre chose qui puisse leur convenir, et en général ça marche. C’est très rare que les gens repartent sans rien », a fait valoir un employé de la SQDC de la succursale de la rue St-Hubert.

Volée de bois vert

Sur le site Facebook de la SQDC, les nombreuses ruptures de stock provoquent la colère des clients du monopole d’État. Les commentaires cinglants ne manquent pas.

Certains soutiennent qu’ils ne remettront plus jamais les pieds dans une succursale de la SQDC.

Pour les commandes en ligne, la SQDC dit être incapable maintenant de respecter des délais de livraison de moins de cinq jours au Québec.

– Avec la collaboration de Camille Garnier