/news/consumer
Navigation

Santé Canada n'a toujours pas encadré la vente des boissons sucrées alcoolisées

Coup d'oeil sur cet article

Près d'un an après le décès d’un homme de Drummondville qui avait développé une dépendance au Four Loko, Santé Canada n'a toujours pas encadré la vente des boissons sucrées alcoolisées. Éduc'alcool craint d'autres morts et accuse Santé Canada de traîner les pieds.

 Le directeur général d'Éduc'alcool, Hubert Sacy, s'explique mal que Santé Canada tarde à encadrer l'industrie. «L'urgence, c'est de s'occuper de ces boissons hypocrites, qui camouflent le goût et l'effet de l'alcool», a-t-il indiqué. 

 En décembre 2017, le Drummondvillois Pierre Parent, accro à la controversée boisson Four Loko, est mort subitement. Quatre mois plus tard, Athena Gervais, 14 ans, mourait elle aussi après avoir consommé cette boisson sucrée alcoolisée. 

 À la suite de ces décès, Santé Canada avait fait connaître son intention de restreindre la quantité d'alcool dans ces boissons. La réglementation se fait toujours attendre. «C'est surprenant et inquiétant que rien n'ait été fait, si ce n'est quatre paragraphes sur un site internet que personne ne lit», a commenté M. Sacy. 

 En septembre dernier, Santé Canada a diffusé sur son site web un avis de sécurité où l'on peut lire que «mélanger des boissons caféinées avec de l’alcool comporte des risques». 

 Encore aujourd'hui, des boissons sucrées alcoolisées sont bien en vue et facilement accessibles sur les tablettes. «Ça n'a pas sa place, il faudrait des restrictions», croit une citoyenne. Une autre estime que «c'est la responsabilité de tout le monde. On s'inquiète pour nos enfants, c'est sûr, parce qu'ils n'ont pas le discernement, mais on pourrait faire plus de prévention. C'est important». 

Par courriel, Santé Canada a répondu en disant avoir «lancé des consultations publiques sur la Stratégie canadienne sur les drogues et autres substances en septembre 2018», ajoutant que, dans «le cadre de ces consultations, le Ministère collaborera avec la population et avec des intervenants clés pour veiller à ce que les mesures qui seront prises à l’avenir pour contrer les risques et les méfaits liés à l’alcool concordent avec les plus récentes données probantes et les pratiques exemplaires».

Éduc'alcool espère que des mesures soient prises rapidement, avant qu'un autre drame ne survienne.