/finance/stockx
Navigation

La Banque du Canada augmente le taux directeur à 1,75 %

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA – Comme prévu par les marchés, la Banque du Canada a annoncé ce matin qu’elle augmente son taux directeur de 0,25 point de pourcentage pour le porter à 1,75 %.

La dernière modification avait eu lieu en juillet dernier, lorsque la Banque du Canada avait augmenté son taux directeur d’un quart de point.

«L’économie canadienne continue de tourner près de son potentiel, et la composition de la croissance est plus équilibrée, a mentionné la Banque du Canada par communiqué. Le nouvel Accord États-Unis–Mexique–Canada (AEUMC) réduira l’incertitude entourant les politiques commerciales en Amérique du Nord, laquelle a restreint de façon importante la confiance et les investissements des entreprises.»

L’institution fédérale a précisé que «les projections concernant les investissements des entreprises et les exportations ont été revues à la hausse, compte tenu de l’AEUMC et de l’approbation récente du projet de gaz naturel liquéfié en Colombie-Britannique. Toutefois, la croissance des investissements et des exportations sera atténuée par la récente baisse des prix des produits de base, ainsi que par les défis de compétitivité persistants et les capacités de transport limitées.»

La banque centrale estime que l’inflation est contrôlée et qu’elle devrait rester autour de 2 % jusqu’à la fin de 2020, car les effets temporaires de la hausse des prix de l’essence ou du salaire minimum s’estomperont. Elle souligne également que la «croissance des salaires demeure modérée».

La Banque du Canada laisse la porte ouverte pour d’autres hausses de taux à l’avenir, puisque «le taux d’intérêt directeur devra augmenter jusqu’à parvenir à une orientation neutre pour assurer l’atteinte de la cible d’inflation».

Le rythme de cette hausse dépendra «de la façon dont l’économie s’ajuste aux taux d’intérêt plus élevés, vu le haut niveau d’endettement des ménages», ainsi qu'à «l’évolution des politiques commerciales mondiales et à ses implications pour les perspectives d’inflation».