/opinion/columnists
Navigation

Le Québec dans les patates

Le Québec dans les patates
Photo courtoisie, Yves Lacombe

Coup d'oeil sur cet article

Nous avons sursauté cette semaine en voyant des pommes américaines servies dans les établissements québécois du réseau de la santé. Des bananes importées, cela se comprend, mais des pommes, nous en produisons.

C’est une bonne chose que nous nous posions des questions concernant la provenance de nos aliments. Or si nous fouillons sérieusement cette question, nous allons découvrir toute la médiocrité de la politique agricole québécoise depuis quelques décennies. Une machine à tuer la croissance et à assommer la relève.

Appelés à s’exprimer sur la présence des pommes américaines dans les cafétérias de nos centres de santé, les producteurs québécois nous ont rappelé quelques aberrations. Le Québec­­­ ne produit pas assez de pommes pour sa consommation, malgré le fait que ce fruit soit parfaitement adapté à notre climat.

Interdit !

Surtout, il faut savoir qu’il n’est pas permis au Québec de planter des pommiers dans de nouvelles superficies qui ne sont pas déjà exploitées. Un moratoire interdit formellement de mettre en exploitation agricole de nouvelles superficies. Donc un pomiculteur qui possède des bouts de terre inutilisés n’aurait pas le droit de défricher et d’y ajouter des pommiers supplémentaires.

Pourquoi ce moratoire ? Pour répondre à l’opinion publique qui ne voulait pas voir de nouvelles grosses porcheries. Les ministères de l’Envi­ronnement et de l’Agriculture ont pris panique en 2004 et ont imposé un moratoire sur la croissance. Personne n’a eu ni le courage ni la clairvoyance de revoir la situation depuis.

Donc la culture des fruits et des légumes est paralysée par un moratoire inspiré par la crainte de trop grandes quantités de purin. Aucun rapport. Au départ, on pouvait prétexter une action précipitée pour prendre le temps d’évaluer la situation. Presque quinze ans plus tard, il s’agit d’une pure absurdité qui s’est étirée dans le temps par la lâcheté.

Unique au Québec

La présidente des Producteurs de pommes du Québec me mentionnait cette semaine qu’aucune autre province ne s’est dotée d’une telle politique paralysante. Elle ajoutait que ses vis-à-vis des autres parties du Canada n’en reviennent tout simplement pas de voir les réglementations handicapantes du Québec.

Ce genre d’exemple me rappelle toujours comment nous sommes devenus la province la plus pauvre du Canada. De multiples freins à la croissance, des bâtons dans les roues de ceux qui diri­gent des PME, des ressources non exploitées, il a fallu en faire des bourdes pour tomber à la queue du peloton.

On me dira que cette décision fut prise au nom de l’environnement. Il faudra se raviser. Les environnementalistes nous disent aussi qu’il faut manger local. Améliorer notre autosuffisance alimentaire cadre avec cet objectif. Oui à de bonnes méthodes de production, mais je ne vois pas comment on pourrait justifier d’empêcher de produire davantage.

La CAQ a promis de mettre fin à ce moratoire. Le nouveau ministre de l’Agriculture a du pain sur la planche. Les producteurs de lait vont mal, les producteurs de lait de chèvre aussi, l’agriculture est paralysée par son cadre réglementaire. Et le ministère semble dormir au gaz. Bon mandat, M. le ministre !


♦ Écoutez Mario Dumont en semaine 15 h sur QUB radio.