/opinion/columnists
Navigation

Un ministère créatif

conseil ministres
Simon Clark/Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Jeudi dernier, le gouvernement caquiste a dévoilé sa sélection de ministres et c’est Nathalie Roy, avocate et journaliste, qui prendra dorénavant les rênes du ministère de la Culture et des Communications.

Et s’il n’en tenait qu’à moi, Mme Roy aurait beaucoup plus de pain sur la planche que prévu.

Pendant la campagne, la CAQ avait promis d’investir 25 millions de plus que le PLQ en sorties culturelles pour les élèves, en plus de 5 millions dans les bibliothèques scolaires. Une proposition non négligeable, mais est-ce que l’accessibilité à l’art et à la culture devrait aussi se planifier au-delà de l’éducation?

Une accessibilité qui dure

Selon moi, oui. Une fois sa scolarité terminée, il est beaucoup plus ardu de continuer à encourager le théâtre si les opportunités et les moyens nous manquent.

Il faudra donc faire preuve de créativité pour assurer la mémoire culturelle des Québécois. Par exemple, un montant par mois pour que des universitaires, des familles moins nanties ou de nouveaux arrivants puissent profiter d'évènements culturels serait un bon départ.

D’autant plus que récemment, le Musée des beaux-arts de Montréal a prouvé que l’art avait la capacité de guérir plusieurs maux, en permettant aux médecins de prescrire des «sorties au musée» à certains patients

Menace internationale

Mais tenter de charmer les Québécois avec nos productions cinématographiques reste le plus grand défi. Malgré un boom par rapport aux années précédentes, seulement 13 % des recettes en salles appartenaient aux films québécois en 2017. Et puisqu’on ne peut forcer personne à opter pour un film indépendant plutôt qu’un « blockbuster », pourquoi ne pas imposer une loi qui obligerait chaque salle à faire diffuser un court-métrage québécois avant chaque film, même américain?

Cela permettrait aux artistes émergents de se faire connaître, en plus d’inciter le Québec à investiguer en profondeur sur ce qui se fabrique sur son territoire.

Pour survivre dans un si petit marché, surtout devant une américanisation qui se fait imposante, une multitude de mesures sont nécessaires pour assurer la pérennité de nos artistes et de notre patrimoine. Suffit que Mme Roy et ses conseillers fassent un peu aller leur créativité!

Écoutez les réactions de Sophie Durocher au sujet de cette chronique à partir de 24m42s

 

 


Mentors X Novices - lundis et jeudis en baladodiffusion sur qub.radio
Les Novices : l’émission - samedis matins de 10h à 11h sur qub.radio
Les chroniques écrites – sur les sites du Journal de Montréal et du Journal de Québec et dans les journaux