/world/usa
Navigation

Tout ce qu'il faut savoir sur les colis explosifs aux États-Unis

Des personnalités démocrates sont visées et le président américain est accusé de semer la haine

Coup d'oeil sur cet article

Des bombes artisanales envoyées à des personnalités démocrates souvent décriées par le président républicain Donald Trump ont semé la terreur mercredi aux États-Unis à quelques jours des élections de mi-mandat.

Tout a commencé lundi lorsqu’un colis suspect contenant un engin explosif a été retrouvé dans la boîte aux lettres du milliardaire proche des démocrates George Soros.

Puis, mercredi, plusieurs autres envois postaux à des personnalités démocrates, comme la candidate au poste de présidente en 2016, Hillary Clinton, et l’ancien président Barack Obama, ont été interceptés par les Services secrets américains. 

Peu de temps après, l’édifice Time Warner Center, où sont situés les bureaux de la chaîne CNN, a dû être évacué après qu’un autre colis suspect a été trouvé.

Envois coordonnés

Selon des responsables américains cités par plusieurs médias, les paquets contiendraient un objet d’une quinzaine de centimètres, et certains renfermeraient une poudre blanche dont on ne connaît pas encore la nature.

Ils contiendraient tous des objets similaires à celui envoyé à la demeure de M. Soros, lundi.

Aucun des colis n’a explosé et personne n’a été blessé, mais les autorités ont été mises sur un pied d’alerte.

Personne n’a encore revendiqué leur envoi. Cependant, un responsable du bureau antiterroriste du Federal Bureau of Investigation (FBI) à New York a laissé entendre qu’il s’agissait d’envois coordonnés.

Les autorités américaines citées par le quotidien New York Times pensent que la personne qui a apposé les timbres en a mis plus qu’il faut afin d’éviter d’avoir à se rendre dans un bureau de poste. Il s’agirait d’une méthode pour éviter d’être retracé.

En début de soirée, mercredi, le FBI a averti la population que d’autres envois pourraient avoir été faits, puis a appelé à rester vigilant. Aucune arrestation n’avait été annoncée mercredi soir.

Trump responsable ? 

Plusieurs personnalités politiques ont saisi l’occasion pour rappeler les propos parfois violents de M. Trump à l’endroit de ses adversaires politiques. 

Lors d’un rassemblement au Wisconsin, mercredi, celui-ci a condamné à nouveau l’envoi des colis explosifs. Mais il a aussi affirmé que les médias se devaient d’utiliser « un ton courtois et de cesser les hostilités sans fin et les histoires et attaques négatives constantes et souvent fausses ».

L’envoi de ces engins explosifs survient à 13 jours des élections de mi-mandat du 6 novembre. Leur issue sera déterminante pour la suite de la présidence Trump, car les démocrates pourraient reprendre le contrôle d’au moins une des deux chambres au parlement. 

La campagne était récemment dominée par les informations sur des milliers de migrants marchant vers la frontière mexicano-américaine. Le président américain, qui multiplie les rassemblements, a déclaré que les migrants étaient aidés par les démocrates.

– Avec l’AFP et CNN 

 

Où étaient les colis suspects ?

Tribeca, New York

Robert De Niro a également été la cible d'un colis piégé. Une enveloppe jaune a été envoyée à une adresse dans le quartier Tribeca, à New York, associée au célèbre acteur. Les policiers ont reçu un appel mercredi dans la nuit. Des spécialistes en explosifs sont toujours sur place. 

San Diego, Californie

Un bureau de la sénatrice démocrate californienne Kamala Harris a été brièvement évacué mercredi à San Diego après la découverte d’un autre « colis suspect » à proximité, qui s’est révélé être une fausse alerte, selon la police.

Chappaqua, New York

Un paquet contenant un engin explosif et destiné à la résidence d’Hillary et Bill Clinton est intercepté mardi soir. La bombe a été trouvée par un employé des services secrets qui surveille leur courrier. 

Washington D.C.

Un autre colis destiné aux bureaux de Barack Obama est aussi intercepté par les services secrets mercredi matin. Un autre paquet destiné à l’élue démocrate de Californie Maxine Waters est intercepté dans un centre de tri, au Maryland, selon CNN. 

Bedford, New York

Un engin explosif est retrouvé lundi à la résidence new-yorkaise du milliardaire George Soros, connu comme étant un sympathisant des démocrates. Des inspecteurs croient que l’engin a été laissé dans sa boîte aux lettres. 

New York

AFP

Les bureaux de la chaîne CNN sont évacués mercredi, vers 10 h, après la découverte d’un colis suspect contenant ce qui semble être un engin explosif et une poudre blanche. Le paquet était adressé à John Brennan, ex-directeur de la Central Intelligence Agency (CIA) et commentateur critique de Donald Trump.

Sunrise, Floride

Un robot d’une escouade anti-bombe a été déployé aux bureaux de l’élue démocrate Debbie Wasserman Schultz, à Sunrise, en Floride.
Photo AFP
Un robot d’une escouade anti-bombe a été déployé aux bureaux de l’élue démocrate Debbie Wasserman Schultz, à Sunrise, en Floride.

La découverte d’un colis suspect aux bureaux de l’élue démocrate Debbie Wasserman Schultz, à Sunrise, mercredi, force leur évacuation. Le paquet était adressé à l’ancien procureur général Eric Holder.

 

Ce qu’ils ont dit...

Photo AFP

« Dans des moments comme celui-ci, nous devons nous rassembler [...] Les actes et les menaces de violence politique n’ont pas leur place aux États-Unis d’Amérique » – Donald Trump, président américain

Photo AFP

« C’est une période troublante, une période de divisions profondes et nous devons faire tout notre possible pour nous rassembler » – Hillary Clinton, candidate défaite à l’élection présidentielle de 2016

Photo AFP

« À maintes reprises, le président a toléré la violence physique et divisé les Américains par ses paroles et ses actions : [...] à ses partisans qui ont été violents avec des protestataires [...] et en faisant référence à la presse comme l’ennemi du peuple » – Nancy Pelosi et Chuck Schumer, leaders démocrates

Photo AFP

« Le président et surtout la porte-parole de la Maison-Blanche doivent comprendre que les mots ont une importance » – Jeff Zucker, président de CNN World

Photo AFP

« Nous traversons une période où les gens ressentent beaucoup de haine dans l’air » – Bill de Blasio, maire démocrate de New York