/24m/food
Navigation

De la bière faite avec du vieux pain

De la bière faite avec du vieux pain
Nadia Lemieux / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Une entreprise qui lutte contre le gaspillage alimentaire en revalorisant des aliments invendus veut détourner au moins 18 tonnes de pain des sites d’enfouissement en un an pour en faire de la bière.

En novembre, une nouvelle venue dans le monde des bières de microbrasseries québécoises fera son entrée dans les épiceries : la bière Loop, faite de pain qui aurait autrement abouti à la poubelle.

La jeune entreprise Loop se spécialise en économie circulaire. Depuis plus de deux ans, elle se fait connaître avec ses jus pressés à froid, confectionnés à partir de fruits et légumes invendus.

Depuis qu’elle a lancé ses activités, l’entreprise a permis de sauver près de 745 000 fruits et légumes, ce qui représente plus de 600 000 kg d’émissions de gaz à effet de serre évités.

Mais Loop n’est pas une compagnie de jus, insistent ses fondateurs.

«Notre mission c’est de réduire le gaspillage alimentaire et, par le fait même, notre but c’est de créer des produits qui vont prendre des surplus de l’industrie et qui vont les remettre dans la chaîne de valeur», a expliqué le cofondateur de Loop, David Côté.

La bière

Au Canada, 750 000 pains tout à fait comestibles seraient jetés quotidiennement. Cet aliment s’est donc naturellement positionné dans la mire de Loop, qui veut en récupérer au minimum 18 tonnes en un an.

Les pains ainsi détournés remplacent entre 30 et 40 % de l’orge et du blé dans la fabrication des bières Loop. Chaque cannette comprend 175 g de pain, ce qui représente plus de quatre tranches.

La bière se décline en trois saveurs sures et légères : lime-coriandre, fraise et citron-gingembre. Ces aromates sont eux-mêmes issus de fruits invendus de leur partenaire, Courchesne Larose ltée.

Économique

Utiliser du pain dans la fabrication de la bière ne complique pas la tâche du brasseur. Il suffit d’émietter la miche. En plus, les coûts de production sont réduits.

«Souvent, c’est plus facile de faire des modèles d’affaires comme ça parce qu’on a un intrant qui coûte moins cher que si on achetait des grains, parce que ce sont des produits rejetés», a souligné la présidente et cofondatrice de Loop, Julie Poitras-Saulnier.

Pour s’approvisionner, l’entreprise fait affaire avec une grande boulangerie québécoise qui ne souhaite pas être nommée. Celle-ci vend à bas prix ses invendus, ce qui lui permet de réduire son empreinte écologique et de réaliser des économies.

Produire des déchets est coûteux, a précisé David Côté. Courchesne Larose, par exemple, dépensait 200 000 $ par an en frais de site d’enfouissement avant de collaborer avec Loop.

«On prouve aux grandes entreprises que, pour augmenter leurs profits, elles peuvent, pour une fois, ne pas augmenter leurs ventes, mais mieux gérer leurs matières résiduelles», a-t-il fait saloir.

Le lancement de la bière Loop aura lieu le mercredi 7 novembre au Decade Building dans le quartier Mile-Ex. D’ici à la fin décembre, il sera possible de s’en procurer dans plusieurs grandes épiceries et dans certains bars à Montréal.