/news/society
Navigation

Royalmount: l’ajout d’un volet résidentiel pourrait entraîner la construction de 5000 à 7000 unités d’habitation

Royalmount: l’ajout d’un volet résidentiel pourrait entraîner la construction de 5000 à 7000 unités d’habitation
Photo courtoisie, Carbonleo

Coup d'oeil sur cet article

MONT-ROYAL | Entre 5000 et 7000 unités d’habitation pourraient se greffer au complexe de magasinage et de divertissement Royalmount, qui sera érigé au carrefour des autoroutes 15 et 40, à Mont-Royal.

La première phase de Royalmount, devant comprendre des hôtels, des boutiques et des lieux de divertissement, va de l’avant avec la démolition de deux bâtiments en vue de lancer les travaux de construction dès le printemps prochain.

Le projet de 1,3 milliard $ pourrait prendre du coffre et les investissements privés requis pourraient plus que doubler avec l’ajout d’un important volet résidentiel, inexistant au départ.

«Ce qui reste en suspens, c’est le zonage résidentiel avec les villes de Mont-Royal et de Montréal. La phase 1, qui représente 70 % du projet, va de l’avant et a été à 100 % approuvée par la ville de Mont-Royal», a dit jeudi à l’Agence QMI Claude Marcotte, vice-président exécutif et associé, Développement et Construction, de Carbonleo.

La Ville de Montréal est impliquée, car une partie des nouveaux résidents se retrouveraient sur son territoire, à l’ouest du site. Carbonleo a présenté le projet au comité exécutif, qui a demandé si on pouvait ajouter un volet résidentiel à l’ensemble, selon les dires du dirigeant.

«On intégrerait le résidentiel à la périphérie [de la zone commerciale], où on prévoyait des tours de bureaux. Deux à trois tours résidentielles se substitueraient aux tours de bureaux. D’autres résidences se retrouveraient autour [de la zone commerciale] et sur l’esplanade, ainsi qu’à l’ouest du site, sur des terrains qu’on a acquis», a indiqué M. Marcotte, en parlant d’une période de deux ans pour des discussions avec les villes, les études nécessaires ainsi que d'éventuels changements de zonage.

La zone vouée aux bureaux serait pour sa part déplacée ailleurs sur le site, ce qui entraînerait une densification des bâtiments prévus, alors que les architectes sont justement sur les planches à dessin.

«A priori, nous sommes très optimistes, car le volet résidentiel se prête bien au projet», a soutenu M. Marcotte, faisant allusion à la lutte contre l’étalement urbain de concert avec les villes de Mont-Royal et de Montréal.

À terme, c’est un secteur industriel de près de 4 millions de pieds carrés qui sera métamorphosé en nouveau pôle urbain. Jusqu’à 30 millions de visiteurs sont attendus à Royalmount, selon les estimations des promoteurs. Quelque 15 000 travailleurs seront à leur service.

Il est prévu que Royalmount disposera de plusieurs hôtels, de salles de spectacles, d’un cinéma, d’un parc aquatique, d’un bar sportif, de toits verts, de stationnements intelligents, d’un marché public reposant sur l’agriculture locale, de services de bien-être, de santé et d’entraînement, d’ateliers éducatifs ainsi que d’une aire vouée à la gastronomique, à l'intérieur comme à l'extérieur.

Rappelons que le projet a soulevé quelques questions depuis sa présentation initiale, notamment en ce qui a trait à la circulation qu’il générera.