/news/society
Navigation

Élan de générosité de 44 entrepreneurs pour adapter une maison à Drummondville

Élan de générosité de 44 entrepreneurs pour adapter une maison à Drummondville
Capture d'écran TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

DRUMMONDVILLE | Quarante-quatre entrepreneurs de Drummondville, dans le Centre-du-Québec, ont mis la main à la pâte vendredi pour permettre à une jeune fille atteinte d’une maladie dégénérative de vivre dans une maison qui est désormais adaptée à ses besoins.

Cet important changement signifie un retour à l'autonomie pour Myriam Perreault, 14 ans, qui est en train de perdre l'usage de ses jambes en raison d'une maladie neuromusculaire dégénérative, l'ataxie de Friedreich.

Dans l'ancienne demeure à deux étages de sa famille, elle devait demander de l'aide pour tout faire. «Ma chambre était au sous-sol. Pour entrer dans la maison, il y avait des escaliers et je ne pouvais pas y aller toute seule», a-t-elle expliqué.

Changer de maison était donc une nécessité pour elle et ses proches. Mais adapter une maison coûte une fortune. Il manquait donc à la mère et au beau-père de Myriam, une somme estimée à 100 000 $ pour réaliser le projet.

«Ce n'était pas possible pour aucun entrepreneur de nous aider. Ils étaient conscients de nos besoins et auraient bien voulu nous aider, mais ils ne trouvaient pas de solutions», a raconté la mère de Myriam, Maryse Jutras.

Jusqu'à ce qu'elle rencontre le propriétaire d'Habitations Jutras, qui n'a pourtant pas de lien familial avec eux.

«Ma conjointe était enceinte lorsqu'ils sont venus me voir et évidemment que ça m'a interpellé», a dit Carl Jutras.

«Je peux très bien m'imaginer ce que ça peut faire d'avoir un enfant aux prises avec une maladie dégénérative», a-t-il ajouté.

Il a réussi à convaincre ses partenaires d'affaires d'embarquer dans cet élan de générosité.

«C'est sûr qu'on était sceptiques au début. On n'y croyait pas vraiment. On se disait: «ça ne se peut pas. Personne ne fait de cadeau!»», s’était alors dit la famille. Mais ils ne rêvaient pas, le projet a bel et bien pris forme.

Et vendredi midi, les 44 entrepreneurs qui ont rendu possible le projet étaient réunis devant la nouvelle maison pour voir le produit fini et parler avec eux. Le cœur était à la fête.

Même si la nouvelle condition de Myriam comportera son lot de défis, sa nouvelle demeure lui permettra de conserver son autonomie.