/news/consumer
Navigation

Deux mois d’enfer pour du jus contaminé

Un Montréalais intente un recours contre Adonis

Deux mois d’enfer pour du jus contaminé
Photo tirée de Twitter

Coup d'oeil sur cet article

Une demande d’action collective a été déposée vendredi contre le Groupe Adonis par un étudiant qui a contracté l’hépatite A avant qu’un rappel ne soit émis sur des jus et cocktails de la bannière.

« Ç’a affecté deux mois de ma vie », dit Mohamed Aziz Rahmani, 19 ans.

Il se souvient des vomissements qui l’ont pratiquement empêché de manger pendant deux semaines, du blanc de ses yeux devenu jaune et de ces moments où il était si déshydraté qu’il s’imbibait les lèvres, sans quoi il les sentait se déchirer.

Le jeune homme est tombé malade vers le 13 mars dernier. Il travaillait alors pour le marché Adonis de la Place Vertu, à Montréal. Il consommait chaque semaine des jus d’Adonis ou autres smoothies de la bannière.

Son état ne cessant d’empirer, il a été hospitalisé à la fin du mois. On lui a alors diagnostiqué une hépatite A, une maladie grave qui attaque notamment le foie.

Deux semaines plus tard, le ministère de l’Agriculture (MAPAQ) lançait un avis concernant ces produits, qui ont alors été retirés des tablettes des marchés Adonis.

Mais il était déjà trop tard pour M. Rahmani, qui a manqué trop de jours d’école pour terminer ses cours de chimie et physique. Il a donc dû s’inscrire au cégep en sciences humaines plutôt qu’en sciences de la nature, cet automne.

Au lit jusqu’à 15 heures par jour, il était aussi incapable de travailler. Ironiquement, Adonis se plaignait de ses absences du boulot, dit-il.

Négligence

« Ma mère a dû fermer son salon de coiffure pendant deux semaines pour s’occuper de moi », illustre-t-il.

Il dit vivre des séquelles encore aujourd’hui.

« Il y a eu de la négligence quelque part », croit l’avocat Jimmy Lambert. Selon lui, toute la chaîne d’approvisionnement est responsable de la qualité des aliments.

Les entreprises visées, Groupe Adonis et Groupe Phoenicia, appartiennent à Groupe Metro, qui a préféré ne pas commenter.

La demande d’action collective devra être autorisée par un juge, mais tous ceux qui sont tombés malades à cause des produits visés ou ont dû les jeter après les avoir achetés peuvent déjà s’y joindre, à l’adresse https://lambertavocatinc.com/recours-collectif-adonis.