/travel/destinations
Navigation

Massacre nazi dans le village Oradour-sur-Glane

Cette carcasse rouillée d’une voiture était dans l’atelier d’un certain garagiste H. Desourteaux qui a bien sûr été massacré avec les autres villageois.
Photo courtoisie, Gilles Proulx Cette carcasse rouillée d’une voiture était dans l’atelier d’un certain garagiste H. Desourteaux qui a bien sûr été massacré avec les autres villageois.

Coup d'oeil sur cet article

Sinistre visite que celle des ruines d’Oradour-sur-Glane tout près de Limoges, en France ! Crime de guerre méconnu des Québécois, celui d’Oradour représente le plus effroyable massacre de Français par des nazis furieux de sentir qu’ils allaient perdre la guerre dans la foulée du débarquement de Normandie. Certains parmi vous se souviennent peut-être du film Le vieux fusil avec Romy Schneider et Philippe Noiret inspiré de cette page d’histoire peu reluisante pour l’Europe.

Dans cette église, on a enfermé les vieillards, les femmes et les enfants… avant de finalement tuer tout le monde.
Photo courtoisie, Gilles Proulx
Dans cette église, on a enfermé les vieillards, les femmes et les enfants… avant de finalement tuer tout le monde.

Tandis que les Alliés attaquaient par le nord, Hitler commande à ses troupes fixées dans le sud de la France de remonter pour prêter main-forte à leurs camarades... Sur leur trajet, les divisions SS ne montrent aucune pitié. Le 10 juin 1944 survient le massacre et la destruction du village qui prend un peu tout le monde par surprise parce que l’occupant n’avait jamais été aussi féroce ! Le sinistre commandant Adolf Diekman utilise allègrement la mise à mort de femmes et d’enfants pour « discipliner » la population tentée par la Résistance.

642 morts

Des photos des victimes.
Photo courtoisie, Gilles Proulx
Des photos des victimes.

Oradour-sur-Glane a vu la quasi-totalité de ses habitants se faire tuer. 642 victimes. Un des survivants doit sa chance au fait que des dizaines de cadavres lui soient tombés dessus... Il est resté caché là jusqu’au lendemain matin sans bouger tandis que les SS revenaient pour achever ceux qui respiraient encore.

Le commandant Diekman n’a pas été jugé pour ses crimes... Il est mort au combat moins de trois semaines plus tard.

Dès la Libération, le général de Gaulle décrète que ce village en ruine sera préservé – pour servir de témoin à la mémoire – et que le nouvel Oradour sera bâti à côté...

Plus récemment, pendant le mandat de l’ancien président François Hollande, le président fédéral d’Allemagne (un poste à ne pas confondre avec celui de la chancelière Angela Merkel) est venu et a été ébranlé par ce qu’il vu... On peut le comprendre ! Des écoliers allemands font depuis le pèlerinage pour aller à Oradour. Enfin, des élèves de France et d’Allemagne se rencontrent ici pour fraterniser et pour s’assurer que l’atroce épisode ne se reproduise pas et ne soit pas oublié.

Depuis 1999 seulement, il y a un centre des visiteurs et un musée en bonne et due forme.