/world/usa
Navigation

Onze morts dans une synagogue, pire attaque antisémite aux États-Unis

Onze morts dans une synagogue, pire attaque antisémite aux États-Unis

Coup d'oeil sur cet article

L’homme qui a tué samedi 11 personnes en ouvrant le feu sur les fidèles dans une synagogue de Pittsburgh a été inculpé de 29 chefs d’accusation pour crimes fédéraux, selon un communiqué officiel.

Les chefs d’accusation retenus contre le tireur, Robert Bowers, incluent 11 chefs pour obstruction à l’exercice de croyances religieuses entraînant la mort et 11 chefs pour usage d’une arme à feu pour commettre un meurtre, a annoncé le bureau du ministère fédéral de la Justice pour le district ouest de l’État de Pennsylvanie, où se trouve Pittsburgh.

Le président des États-Unis Donald Trump a ordonné de son côté que les drapeaux américains soient mis en berne à la suite de l’attaque antisémite.

Tous les drapeaux à la Maison-Blanche, sur les bâtiments publics, dans les camps militaires, dans les bases navales et sur les navires de guerre seront en berne jusqu’au 31 octobre en signe de «respect solennel» pour les victimes, selon les ordres du président Trump.

Robert Bowers, ainsi identifié par les autorités locales, a fait irruption dans la synagogue Tree of Life (Arbre de vie) autour de 10 h. «Tous les juifs doivent mourir», a-t-il crié, selon des médias, alors qu’il ouvrait le feu lors d’une cérémonie célébrant la naissance d’un enfant.

 

«Le service était en cours quand on a entendu un bruit lourd dans l’entrée», a raconté un membre de la congrégation, Stephen Weiss, au journal Tribune review. «J’ai reconnu le bruit d’une arme à feu», a ajouté ce fidèle de 60 ans, qui s’est immédiatement enfui.

Onze morts dans une synagogue, pire attaque antisémite aux États-Unis
Photo AFP

 

Outre les 11 morts, six blessés sont à déplorer, dont quatre parmi les forces de l’ordre. Aucun enfant n’a été tué.

L’Anti-defamation League, grande organisation de lutte contre l’antisémitisme, a affirmé qu’il s’agit de «l’attaque contre la communauté juive la plus meurtrière de l’histoire des États-Unis». «Probablement», a précisé son directeur Jason Greenblatt.

«Il ne doit y avoir aucune tolérance pour l’antisémitisme ou pour n’importe quelle forme de haine religieuse», a réagi le président Donald Trump, qui a annoncé qu’il se rendrait prochainement à Pittsburgh.

Peine de mort

Robert Bowers sera poursuivi, entre autres, pour crime antisémite et risque la peine de mort, a indiqué de son côté le ministre américain de la Justice, Jeff Sessions.

La police a dû lutter et échanger des tirs pour l’appréhender et le placer en garde à vue. Il disposait d’un fusil d’assaut et de trois armes de poing, selon les autorités. Blessé, il a été hospitalisé.

«La scène est terrible à l’intérieur», a lâché le directeur de la sécurité publique de Pittsburgh Wendell Hissrich devant les caméras, visiblement très ému. «C’est l’une des pires scènes de crime sur laquelle je me sois rendu, et j’ai été sur des accidents d’avion», a-t-il confié.

La congrégation Tree of Life avait été fondée il y a 150 ans à Pittsburgh et elle se situe dans le quartier de Squirrel Hill, où bat le cœur de l’importante communauté juive de cette grande ville de l’État de Pennsylvanie.

«Je suis juste triste. Je ne sais pas quoi vous dire [...] ça ne devrait pas arriver, point. Ça ne devrait pas arriver dans une synagogue», a déclaré sur CNN, Jeff Finkelstein, le président de la «Jewish Federation of Greater Pittsburgh».

«Le cœur lourd»

Cette attaque intervient dans un climat très tendu aux États-Unis, tant dans le débat politique que dans la société.

Au cours de la semaine écoulée, le pays avait été tenu dans l’angoisse par l’envoi de colis contenant des engins explosifs à des personnalités démocrates, tandis que le président républicain est régulièrement accusé de souffler sur les braises en employant une rhétorique de division.

 

Le président Trump, qui avait un temps envisagé d’annuler une réunion électorale prévue samedi en vue des élections législatives de mi-mandat du 6 novembre, a finalement décidé de le maintenir. «Nous allons y aller le cœur lourd, mais on y va», a-t-il déclaré à la presse.

Il avait auparavant estimé que «quelque chose devait être fait» pour empêcher ce type de crime, proposant de renforcer la législation sur la peine de mort contre les auteurs d’attaques sur des lieux de culte.

Cette fusillade intervient alors que les États-Unis ont enregistré en 2017 une hausse des attaques à caractère antisémite avec quelque 1986 incidents (harcèlement, vandalisme, agressions) sur l’année en hausse de 57% par rapport à 2016, selon l’Anti-defamation league. 

La police de New York a de son côté fait savoir qu’elle renforçait la sécurité autour des lieux de culte de la ville, avec notamment des patrouilles supplémentaires.