/opinion/blogs/columnists
Navigation

Racisme à géométrie variable

Coup d'oeil sur cet article

Il est beaucoup question d’islamophobie depuis quelque temps, dans les médias.

Pourtant, le racisme anti-juif fait beaucoup plus de ravages... Mais on n’en parle presque pas. L’indignation des antiracistes serait-elle à géométrie variable ? Certaines victimes seraient-elles plus « défendables » que d’autres ? Certains racismes seraient-ils plus condamnables, plus monstrueux, plus honteux que d’autres ?

Les juifs faibles

Partout sur la planète, on assiste à un retour de l’antisémitisme. En France, la situation est telle que de nombreux Juifs songent à quitter le pays. Dans certains quartiers (quartiers à forte population musulmane, il faut le dire), l’antisémitisme est devenu carrément endémique. Les profs ne peuvent même plus parler de la Shoah en classe sans se faire menacer.

Se pourrait-il que l’islamophobie soit plus souvent dénoncée dans les médias tout simplement parce que les Palestiniens sont les victimes chouchou de la gauche ?

Car c’est une réalité, il ne faut pas s’enfoncer la tête dans le sable : sur la balance de l’indignation des médias, l’islamophobie pèse beaucoup plus lourd que l’antisémitisme.

Comme si, dans certains milieux bon chic bon genre (milieux dans lesquels évoluent beaucoup de journalistes bien-pensants), le racisme anti-arabe visait des faibles, des opprimés, alors que le racisme anti-juif visait des forts, des puissants, des oppresseurs.

Avant, entre 1945 et 1967, les Juifs s’attiraient la sympathie d’une bonne partie du monde. Mais depuis la victoire de la guerre des Six Jours, ils ont perdu de leur aura auprès de certains intellectuels de gauche. Comme si, pour qu’ils soient aimés et aimables, défendus et défendables, les Juifs devaient obligatoirement être faibles, abattus, désarmés, inoffensifs. Pas à la tête d’une armée puissante.

« Ils l’ont cherché »

En fait, c’est le vieux cliché du juif riche qui persiste. Le juif qui complote, qui manigance, qui conjure, qui intrigue. Dans l’ombre. En secret. Loin des projecteurs. Dans les coulisses du pouvoir. Achetant des appuis avec son fric. Les attaques du 11 septembre ? Mais les Juifs avaient tous été prévenus la veille, voyons, aucun n’est mort dans l’affaissement des tours !

Le musulman victime d’islamophobie est une victime pleine et entière. Le juif qui est victime d’antisémitisme l’a quand même un peu cherché. Ce discours est odieux, certes. Mais c’est malheureusement ce que plusieurs personnes (dont un trop grand nombre de journalistes) se disent. Le discours antisémite est du petit lait pour la gauche radicale. Car qui dit « capitalisme » dit « juif ». Si tu combats l’un, tu dois nécessairement combattre l’autre.

« Du sang sur les mains »

Au lendemain du massacre de la grande mosquée de Québec, Michel Juneau-Katsuya, qui se présente comme un « expert » en contre-espionnage, a affirmé stupidement que les radios de Québec « avaient du sang sur les mains », car certains animateurs de CHOI et du FM93 (dont moi) avaient la fâcheuse manie de pourfendre l’islamisme. Va-t-on rendre la gauche radicale responsable du massacre de Pittsburgh ?

Après tout, à force de toujours représenter les Juifs et les Israéliens comme des oppresseurs, et à force d’en appeler au boycott d’Israël sur toutes les tribunes, qui sait ? Les anars propalestiniens de gauche ont peut-être fini par attiser la rage antisémite de certaines têtes fêlées...