/misc
Navigation

Un bon test réussi

Coup d'oeil sur cet article

BOSTON | Voilà le Canadien avec une fiche de 6-2-2 après dix matchs. Je ne connais pas grand monde qui avait prédit cela, moi le premier !

Il est trop tôt pour s’emballer, mais ça regarde bien pour la suite des choses. Surtout qu’on revoit enfin le Carey Price des beaux jours.

Le match d’hier contre les Bruins constituait un bon test et le Tricolore l’a réussi avec distinction. Rien de compliqué, du patin et de l’échec avant. Les Bruins n’ont pu suivre leur rythme. Deux autres points en banque qui pourraient bien servir en avril...

Beau compliment

C’est plus relaxe dans l’entourage du Canadien cette saison.

Le bon début de saison rend Claude Julien plus volubile. Questionné sur Kotkaniemi par la presse de Boston, le pilote ne s’est pas gêné une seconde pour livrer le fond de sa pensée.

« Il me fait beaucoup penser à David Pastrnak », a-t-il confié.

Julien parlait bien sûr du frêle Pastrnak qu’il a dirigé quand l’attaquant a percé l’alignement des Bruins à 18 ans. Et non de la vedette de 22 ans qui remplit maintenant le filet et qui a ajouté 30 livres à sa charpente.

C’est quand même un beau compliment.

« Kotkaniemi est jeune joueur bourré de talent qui deviendra encore meilleur avec le temps, à mesure qu’il assimilera tous les petits détails du jeu, explique-t-il. Jusqu’ici il a été impressionnant pour un jeune de 18 ans.

« Depuis son arrivée au camp d’entraînement, il a progressé énormément dans son adaptation au jeu nord-américain. Il a une belle vision pour faire des jeux et en zone défensive il réagit rapidement aux situations. Il est agressif et utilise bien son bâton. »

Pour le jeune, c’était business as usual.

Les médias locaux l’encerclaient après l’entraînement matinal pour essayer de lui soutirer une citation de plus de trois ou quatre mots.

As-tu entendu parler de la rivalité ?

« Non (1) pas (2) vraiment (3). » Trois mots, c’est sa moyenne.

Une journaliste écoutait son enregistreuse après coup. « Il y a plus de temps de questions que de réponses », dit-elle.

Kotkaniemi aime mieux s’exprimer sur la glace et c’est parfait comme ça. Les longs discours vides ne servent à rien de toute façon.

Le Canadien a pris la bonne décision de le garder à Montréal.