/finance/pme
Navigation

La Caisse courtise les femmes

Son programme Cheffes de file veut aider les entreprises à propriété féminine

La présidente d’Edgenda, Marie-Pier St-Hilaire, croit que le réseau de la CDPQ peut lui ouvrir des portes partout dans le monde.
Photo Jean-François Desgagnés La présidente d’Edgenda, Marie-Pier St-Hilaire, croit que le réseau de la CDPQ peut lui ouvrir des portes partout dans le monde.

Coup d'oeil sur cet article

La Caisse de dépôt et placement courtise les femmes d’affaires du Québec afin de les accompagner dans le développement de leur entreprise, tant ici qu’à l’international.

« On est à la recherche de femmes d’affaires qui détiennent leur propre entreprise et qui sont prêtes à accélérer leur croissance », a indiqué au Journal la première vice-présidente au rayonnement des affaires à la Caisse, Michèle Boisvert.

Par l’entremise de son nouveau programme Cheffes de file, la Caisse espère ainsi recruter une cinquantaine de femmes d’affaires dont les entreprises ont des revenus annuels variant entre 5 et 20 millions $.

Accéder à un réseau

La Caisse dit avoir sondé au cours des derniers mois les femmes d’affaires au Québec, et les constats des besoins ont été très clairs.

« Les femmes d’affaires ne nous ont pas demandé de l’argent. Elles veulent avoir accès à un réseau qui leur permettra d’obtenir du contenu et d’échanger pour accélérer l’expansion de leur entreprise », a précisé Mme Boisvert.

La Caisse, qui dispose d’un vaste réseau de bureaux et d’experts tant au Québec qu’à l’international, promet de tout faire pour répondre aux besoins de ses nouvelles cheffes de file.

Et si cela doit passer par des investissements pour accélérer la croissance d’entreprises à propriété féminine, la Caisse le fera.

Le programme Cheffes de file mettra à la disposition des entrepreneures sélectionnées un réseau d’experts et d’informations ainsi qu’une plateforme de collaboration spécialement conçue pour elles.

Le cas Edgenda

Femme d’affaires de la région de Québec, Marie-Pier St-Hilaire n’en finit plus de voir son entreprise Edgenda prendre de l’expansion.

Avec ses 160 employés et un chiffre d’affaires annuel de 20 millions de dollars, l’entrepreneure croit que le réseau de la Caisse (et son expertise) peut lui ouvrir des portes à l’international.

« C’est une initiative qui va beaucoup aider des entreprises comme la mienne, alors que nous avons l’intention d’aller brasser des affaires en Europe et en Afrique », souligne-t-elle.

Edgenda, qui aide les entreprises à se transformer dans le monde numérique, prévoit doubler sa taille et ses revenus d’ici trois ans.

L’ouverture d’un bureau à Ottawa au cours des prochains mois est aussi dans les plans de l’entreprise fondée il y a 19 ans.

La Caisse de dépôt en bref

  • Date de fondation : 1965
  • Actif net : 308 milliards $
  • Rendement annuel (sur 5 ans) : 9,9 %
  • Nombre de bureaux à l’étranger : 9