/opinion/columnists
Navigation

La permanence de l’objet

La permanence de l’objet
ERICK RIVEST/LE REFLET/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Dans la dernière seconde, 200 kilos de déchets ont été versés dans les océans.

En voilà encore 400. Avec ce type de déclaration quotidienne, pas étonnant que l’engouement pour le mode de vie zéro déchet s’accélère.

Si bien que le Festival Zéro Déchet, qui aura lieu les 3 et 4 novembre prochain à Montréal, compte plus de 40 000 intéressés sur Facebook.

Un festival gratuit, où 90 exposants vous invitent à découvrir cet univers qui se tient loin de l’économie mondialisée et de ses industries plastifiées.

Toutefois, la majorité québécoise peine encore à y plonger. Dans une ère où les objets les plus emballés sont les plus accessibles, faciliter le zéro déchet devrait-il relever du gouvernement?

Cycle de vie du déchet

C’est la navigatrice et porte-parole du festival Mylène Paquette qui m’a mis la puce à l’oreille lors de notre entretien en septembre dernier: «Il faut que les industries soient responsables de leurs propres objets et leurs déchets. Et un jour, il va falloir que ceux qui prennent le pouvoir mettent des lois là-dessus».

En effet, il est temps qu’une politique sanctionne les industries qui ne font que produire sans jamais récupérer.

Pensez-y: un objet ne devient déchet que si on le décide. Sans sa phase terminale, un objet ne devient jamais déchet et se transformera toujours.

C’est le principe de l’économie circulaire.

Les actions posées

Pour y arriver, il faudra drastiquement moderniser le traitement des déchets au sein des grandes entreprises.

Et ces idées sont possibles.

Par exemple, la Commission européenne a mis sur pied en 2015 «Boucler la boucle», un plan d’action qui incite les entreprises à se pencher sur toutes les phases du cycle de vie de leurs produits. 

On peut aussi penser à San Francisco, qui aspire au sans déchet d’ici 2020

Mais d’ici à ce que Trudeau et Legault passent eux aussi à l’action, souvenez-vous qu’encourager le résilient et le circulaire est la meilleure façon de passer un message aux géants et aux gouvernements.

Sur ce, on se voit au festival?

Écoutez les réactions de Josée Legault au sujet de cette chronique à partir de 25m.06s.

 

 

Cette chronique est en lien à la semaine de Josée Legault.

 

 


Mentors X Novices - lundis et jeudis en baladodiffusion sur qub.radio
Les Novices : l’émission - samedis matins de 10h à 11h sur qub.radio
Les chroniques écrites – sur les sites du Journal de Montréal et du Journal de Québec et dans les journaux