/finance/opinion/columnists
Navigation

Rouvrir l’entente du train de la Caisse

Coup d'oeil sur cet article

Ça n’a pas de bon sens de voir que le gouvernement du Québec devra défrayer 55 % de la facture de l’achalandage du REM dans le strict but de couvrir le rendement annuel moyen de 8 % que la Caisse de dépôt et placement a exigé pour mettre en service son train électrique. S’il finançait lui-même le REM, il économiserait 4 milliards $ sur 30 ans.

Le premier ministre François Legault devrait rouvrir l’entente conclue avec la Caisse de dépôt et placement et son REM (Réseau express métropolitain) et ainsi renégocier à la baisse le rendement que l’ex-gouvernement Couillard avait convenu de lui verser.

Dans ma chronique de samedi dernier La vraie facture du train de la Caisse, je mentionnais que Québec allait verser sur un horizon de 30 ans la somme de 7,25 milliards de dollars (moyenne de 240 millions $ l’an en dollars d’aujourd’hui) afin de couvrir le rendement que la Caisse souhaite obtenir avec son investissement initial de 2,95 milliards $ dans la construction de son train électrique.

Eh oui ! on parle bien ici d’un rendement qui procurera à la Caisse un revenu équivalant à 2,5 fois sa mise de fonds.

Concrètement, dans le tarif fixé par la Caisse pour effectuer une randonnée dans le REM, soit 72 cents du kilomètre/passager, il faut savoir que l’usager paiera 21 cents (29 % du tarif), les municipalités 11,4 cents (16 %) et Québec 39,6 cents (55 %).

Si François Legault trouve nécessaire de rouvrir l’entente qui procure aux médecins spécialistes un milliard $ de rémunération versé en trop, il devrait logiquement faire de même avec l’entente portant sur le train de la Caisse.

RENDEMENT DÉRAISONNABLE

Je ne comprends pas pourquoi le gouvernement doit verser une somme moyenne de 240 millions $ par année à la Caisse pour lui permettre d’encaisser son rendement de 8 % avec le REM.

Des gens me disent : ce n’est pas grave puisque ce profit (de 240 millions $ l’an) que verse Québec à la Caisse reviendra de toute façon aux Québécois. Suivant cet argument, Québec pourrait même verser le double ou le triple et on n’y perdrait pas au change ! Voyons donc.

Que la rentabilité de la Caisse enrichisse les Québécois, c’est vrai. Mais pas de façon égale. Ce sont avant tout les caisses de retraite des employés de l’État et de plusieurs villes qui bénéficient de la performance de la Caisse puisqu’elles en sont les principaux déposants.

4 G$ DE TROP

Cela dit, c’est quoi l’idée de payer du 8 % de rendement à la Caisse quand, en tant que gouvernement, on est capable de financer à long terme ses projets gouvernementaux à moins de 3,5 % ?

En vertu de l’actuelle entente et des prévisions d’achalandage du REM, Québec va, en dollars d’aujourd’hui, verser en 30 ans la somme de 7,25 milliards $ à la Caisse, soit environ 4 milliards $ de plus que ce qu’il lui en coûterait de financer lui-même le projet.

Il est là l’enjeu. A-t-on les moyens de gaspiller 4 milliards de dollars ?