/news/cannabis
Navigation

SQDC: L’approvisionnement en cannabis devrait être optimal au printemps

SQDC: L’approvisionnement en cannabis devrait être optimal au printemps
Capture d'écran, TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

La Société québécoise du cannabis (SQDC) a été forcée de fermer ses succursales trois jours par semaine en raison d’importantes ruptures de stock, une situation qui ne risque pas de s’améliorer de sitôt.

En entrevue à LCN, Jean-François Bergeron, directeur par intérim de la SQDC, a confirmé que l’approvisionnement en cannabis demeure difficile, et le restera pour les prochains mois.

«L’approvisionnement est un enjeu pour toutes les provinces. Environ 80% de nos commandes sont livrées. Ce n’est pas une question d’avoir mal évalué le marché.»

M. Bergeron explique plutôt que deux problèmes majeurs nuisent à l’approvisionnement en cannabis, et ce, à la grandeur du Canada.

«D’abord il y a une capacité limitée autorisée par Santé Canada. Je pense qu’ils font leur travail, et ça va s’améliorer avec le temps. C’est important que le contrôle se fasse, car ce n’est pas un produit sans conséquence. C’est un produit pour lequel on veut avoir un suivi de la semence jusqu’au produit fini sur les tablettes, alors il faut bien faire les choses.»

C’est à Santé Canada que revient le rôle d’autoriser les producteurs de cannabis au pays, mais ces autorisations prennent du temps.

Selon M. Bergeron, il faudra environ entre trois et six mois pour autoriser encore plus de producteurs de cannabis au pays.

Accélérer la production

Il croit également que les producteurs vont améliorer leur productivité.

«C’est encore très manuel. Il y a encore des personnes qui prennent le produit, le mettent dans les petits pots, les mettent dans les caisses, sur les palettes, etc. C’est très artisanal encore. C’est une question de temps. Dans quelques mois, ce sera automatisé.»

Le haut responsable explique également qu’il existe un cycle de vie pour les plants de cannabis, et il faut laisser passer ces cycles.

«On a beau se mettre huit personnes autour du plant, il faut que ça pousse!»

Plus de ruptures de stock

Jean-François Bergeron évalue que la situation de rupture de stock n’est pas près de s’améliorer et risque même d’empirer au cours des prochains mois.

«On avait cumulé des stocks en prévision du départ, là on a vidé nos stocks. Je dirais que ça va se détériorer un petit peu pour finalement remonter. Dans un ou deux trimestres, on devrait être à la bonne place. Au printemps on devrait être là. (...) On veut atteindre entre 20 et 50 succursales assez rapidement», assure-t-il.

La SQDC veut aller chercher environ 30 % des ventes du marché noir, un objectif qui ne peut pas s’atteindre en deux semaines.

«On vise ça sur un an, un an et demi, deux ans. Puis après, peut-être 50 %», a mentionné le directeur par intérim de la société d’État.