/news/currentevents
Navigation

Il ne voulait pas se faire saisir son Jeep

Le jeune automobiliste tué dans une collision mardi à Sorel-Tracy fuyait les policiers

Coup d'oeil sur cet article

Le jeune automobiliste décédé au terme d’une poursuite en Montérégie, mardi, pourrait avoir fui les policiers pour éviter de se faire saisir son VUS, qu’il adorait, puisqu’il n’avait plus de permis de conduire.

« Sincèrement, ce n’est pas son genre de faire ça. La seule idée qui me vient en tête, c’est qu’il avait peut-être peur de perdre son Jeep », affirme Anya Poulin, une amie d’enfance de la victime.

Denis Champagne, 20 ans, est décédé lors d’une violente collision avec l’arrière d’un poids lourd à Sorel-Tracy.

Des policiers de la Sûreté du Québec ont tenté de l’intercepter un peu après 6 h pour une infraction au Code de la sécurité routière qui n’a pas été précisée par les autorités.

Selon nos informations, son permis de conduire était suspendu depuis peu.

Dans les bois

Le jeune homme aurait tenté de semer les autorités en prenant un chemin de terre avec son véhicule tout-terrain.

Les agents l’ont cependant retracé à sa sortie.

Il a terminé sa course contre un camion semi-remorque immobilisé au coin du boulevard Fiset et de la route 132, après une longue ligne droite.

L’impact a été d’une rare violence, tuant le jeune automobiliste sur le coup.

« J’aimerais bien savoir pourquoi il a fait ça, mais on restera sans vraie réponse, que des suppositions », s’attriste la jeune femme de 17 ans.

Mme Poulin avait discuté avec lui la veille de son accident. Denis Champagne venait de terminer des rénovations sur le plancher de sa chambre.

« C’était la personne la plus douce, timide, réservée et gentille que je connaissais », confie celle qui a déjà été son amie de cœur.

Passionné de hors-route

Le jeune homme de Sorel-Tracy travaillait dans le milieu de la construction et semblait heureux de son travail, soutiennent ses proches.

Plusieurs collègues ont été dévastés en apprenant la nouvelle de son décès.

Comme d’autres membres de sa famille, il avait fait l’acquisition d’un Jeep Wrangler pour s’aventurer dans les sentiers.

« Il avait une passion pour les voitures et le VTT. Il en prenait soin. Rouler dans la bouette, il adorait ça », poursuit son amie qui le considérait comme un grand frère.


Puisque l’accident impliquait des policiers, le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) a été chargé de faire la lumière sur cette affaire.