/news/transports
Navigation

Réouverture de Camillien-Houde: Ils sont impatients de revoir leurs clients

Réouverture de Camillien-Houde: Ils sont impatients de revoir leurs clients
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Des commerçants du Plateau Mont-Royal espèrent retrouver certains clients et une partie de leur chiffre d’affaires disparus pendant le projet-pilote interdisant le transit automobile sur le mont Royal.

« On a perdu des clients, surtout le dimanche. Ils venaient acheter des fleurs ici avant d’aller au cimetière Mont-Royal ensuite. Tant mieux si Camillien-Houde ouvre le 1er novembre, c’est juste à temps pour la fête des Morts, ça fait vraiment notre affaire », se réjouit Marie Girouard, de la boutique Venus Marché des plantes, sur la rue Mont-Royal.

Mélanie Des Lauriers, propriétaire de la boulangerie « Ta pies» sur l’avenue du Parc à Montréal
Photo Francis Pilon
Mélanie Des Lauriers, propriétaire de la boulangerie « Ta pies» sur l’avenue du Parc à Montréal

 

Même son de cloches pour Mélanie des Lauriers, propriétaire de la boulangerie « Ta pies» sur l’avenue du Parc, dont une partie de sa clientèle de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce n’est plus jamais revenue la voir depuis la fermeture de Camillien-Houde le 2 juin dernier. La commerçante a aussi vu son chiffre d’affaires baisser avec le projet-pilote.

Marie Girouard de la boutique Venus Marché des plantes sur l'avenue Mont-Royal.
Photo Francis Pilon
Marie Girouard de la boutique Venus Marché des plantes sur l'avenue Mont-Royal.

 

La Ville de Montréal a dressé mercredi matin un bilan positif de son projet-pilote qui prenait fin ce mercredi à minuit.

Pierre-Paul Savignac, fonctionnaire à la Ville, a estimé que près de 10 000 véhicules circulaient sur la voie Camillien-Houde en semaine avant le projet-pilote et ce nombre a chuté à 3700 pendant celui-ci.

Il note aussi une augmentation de la quiétude des lieux et de la ponctualité du transport collectif.

Encore des problèmes

Toutefois, l'interdiction du transit aux voitures sur le mont Royal n’a pas résolu tous les problèmes de sécurité. « Des situations conflictuelles entre les différents usagers et des comportements dangereux de la part d’automobilistes et de cyclistes ont encore été observés », peut-on lire dans le bilan.

M. Savignac mentionne aussi qu’une augmentation de la circulation a été observée dans les rues autour de Camillien-Houde, mais qu’«il n’y a pas eu de complication majeure».

Selon Valentin Millet, co-fondateur de CREALUNCH, le trafic est sans précédent aux alentours de son commerce du Plateau depuis la fermeture du transit automobile sur le mont Royal.

Valentin Millet, propriétaire de CREALUNCH sur l’avenue du Parc à Montréal, et son employée Eugénie Delplanque.
Photo Francis Pilon
Valentin Millet, propriétaire de CREALUNCH sur l’avenue du Parc à Montréal, et son employée Eugénie Delplanque.

 

« Si on n’était pas sur Internet, on serait déjà fermé. Ça ne nous apporte aucun commerce de porte tout ça. Le trafic est de pire en pire ici, au point où on prévoit même de déménager dans l’Est de Montréal bientôt », soutient M. Millet, qui trouve que le coût n’en vaut pas la chandelle.

Le 24 Heures a demandé à la ville de Montréal d'avoir plus de détails sur les conclusions tirées par rapport au trafic, mais la demande était toujours en traitement au moment de publier.

D’après le chef de l’opposition, Lionel Perez, le projet-pilote est un véritable échec et le rapport préliminaire de la ville n’est qu’un «exercice de relations publiques».

L'Office de consultation publique de Montréal (OCPM) doit encore recevoir des mémoires concernant cette expérience et la Ville doit faire son bilan en novembre.

Le rapport final de l’OCPM sera déposé l’hiver prochain. La Ville tranchera ensuite si elle souhaite définitivement interdire la circulation de transit sur le mont Royal.

NOMBRES DE CONTRAVENTIONS ÉMISES DURANT LE PROJET PILOTE :

Nombre Motifs

► 601 - Circuler dans un chemin interdit d’accès, rouler tout droit malgré l’interdiction, ne pas aller tout droit ou à droite malgré l’obligation

► 95 - Circuler à une vitesse supérieure à la limite de 40 km/h

► 119 - Ne pas respecter la signalisation, ne pas respecter l’obligation de tourner à gauche ou l’interdiction de virage à gauche

49  - Autres infractions


864 - Total

Source: SPVM (pour la période du 2 juin au 28 octobre)