/sports/soccer
Navigation

Soccer universitaire: Frédéric Lajoie-Gravelle, un «recordman» en mission

Frédéric Lajoie-Gravelle
PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI Frédéric Lajoie-Gravelle

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | En 2018, le joueur de soccer des Carabins de l'Université de Montréal, Frédéric Lajoie-Gravelle, est devenu le meilleur pointeur de l’histoire du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ), et ce, à sa plus grande surprise.

«Ça fait drôle, je trouve, parce que ce n’était pas mon objectif. C’est sûr que je veux toujours finir premier buteur de la ligue, mais je n’avais pas l’impression de connaître ma meilleure saison», a indiqué l’étudiant au programme de maîtrise en sociologie.

L’auteur de 14 buts et six mentions d’aide pour 20 points en 12 rencontres voit cet accomplissement comme un effort collectif.

«Je suis dans une équipe où c’est naturel de compter des buts. Ça fait deux ans qu’on marque beaucoup et moi, je suis l’attaquant. Donc, ça s’est fait naturellement. Je fais partie d’un bon groupe qui m’a permis d’y arriver.»

Un autre objectif

L’étudiant-athlète de 25 ans met rapidement les statistiques individuelles de côté et parle de son réel objectif: le Championnat canadien. En 2017, les Carabins ont tout raflé au sein du RSEQ, mais ont perdu en finale du tournoi national. Un revers en tirs de barrage qui hante encore Lajoie-Gravelle.

«J’ai décidé de revenir cette saison, non pas pour le record, mais bien pour l’objectif collectif. Nous sommes un groupe qui le méritions [le Championnat canadien] et nous avons certainement le sentiment du devoir inachevé.»

L’attaquant et ses coéquipiers auront la chance d’obtenir leur revanche, puisqu’ils sont assurés de participer au Championnat canadien en vertu de leur première place au classement général de la saison régulière du RSEQ. Le prestigieux tournoi aura lieu du 8 au 11 novembre à Vancouver.

Une finale avant les finales

Avant d’affronter les meilleures formations au pays, les Bleus devront se mesurer aux Citadins de l’UQAM en finale provinciale, vendredi, au CEPSUM.

«C’est sûr que notre objectif premier, c’est le Championnat canadien, mais on sait aussi qu’une victoire vendredi nous mettrait en confiance pour la suite des choses, a dit Lajoie-Gravelle. C’est un match très important pour nous, un titre provincial n’est pas rien.»

Pas à la bonne place au bon moment

Avant de se joindre aux Carabins, Lajoie-Gravelle a passé trois saisons (2013-2015) avec l’Académie de l’Impact de Montréal. Le buteur a pris la décision de mettre une croix sur le soccer professionnel, quand il a vu que sa carrière avec la formation montréalaise n’irait nulle part.

«J’ai eu ma chance deux fois au camp d’entraînement [de l’Impact], mais je n’avais pas réussi à convaincre les entraîneurs de la formation partante, a expliqué Lajoie-Gravelle. Ils me disaient que je devais revoir mes bases dans l’Académie. Chaque fois, j’enchaînais avec de bonnes saisons, mais à la fin de l’année 2015, j’étais rendu à 22 ans et ça passait ou ça cassait. Il y avait beaucoup de joueurs à ma position, autant chez l’Impact qu’à l’Académie. Je considère que je n’ai pas été à la bonne place au bon moment.»

Cette situation lui a cependant permis de choisir les études et de finir son aventure dans le monde du soccer avec les Carabins, car oui, après le Championnat canadien, ce sera la fin pour Lajoie-Gravelle.

«Depuis le début de l’année, je sais que je vais accrocher mes crampons. J’aime encore le soccer, je joue encore avec passion, mais la volonté ne suis pas autant qu’avant. Je suis quelqu’un qui se donne à 100 % et je ne suis pas prêt à m’embarquer dans quelque chose d’intense par rapport au soccer. Je vais me concentrer sur toutes les autres choses que j’aime.»