/news/society
Navigation

Ils n'en peuvent plus du profilage racial à Repentigny

Des résidents de Repentigny se disent ciblés en raison de la couleur de leur peau

Coup d'oeil sur cet article

 Contrôles d’identité injustifiés, arrestations, questions déplacées et filature : des résidents de Repentigny d’origine haïtienne sont exaspérés par l’attitude des policiers de leur ville et s’estiment victimes de profilage racial.  

 «Ce n’est pas compliqué, si je croise une police je sais que quasiment à chaque fois je vais me faire contrôler, soupire Mardochée Cion, 19 ans. Une fois, on m’a même intercepté alors que je sortais tranquillement du gym à pied avec mon frère.»  

Harcèlement  

 Le jeune homme fait partie des douze témoins qui ont raconté au Journal le profilage racial qu’ils disent subir ou avoir subi face à la police de Repentigny.   

 Ces témoignages, dont certains sont anonymes par crainte de représailles, interviennent quelques jours après la publication dans nos pages de celui de l’enseignant François Ducas, qui a affirmé avoir vécu une série de contrôles abusifs en 2016 et 2017.   

 Le plus souvent, ces contrôles ne donnent lieu à aucune contravention. Mais leur accumulation est vécue comme du harcèlement.  

Moché Alexandre estime que la Ville de Repentigny ne prend pas les mesures nécessaires pour lutter contre le profilage racial
Photo Pierre-Paul Poulin
Moché Alexandre estime que la Ville de Repentigny ne prend pas les mesures nécessaires pour lutter contre le profilage racial

 « Les policiers nous arrêtent pour le plaisir d’arrêter, soutient Moché Alexandre, âgé de 41 ans. On nous parle de vérifications, mais c’est souvent infondé, avec aucune raison. »   

 Préjugés  

 « Les policiers m’ont déjà intercepté en me disant que des jeunes avaient volé un dépanneur et qu’ils voulaient savoir si c’était mes enfants, raconte Yves Eugène, un promoteur immobilier de 52 ans. Pour eux, un homme noir c’est égal à gang de rue », dit l’homme qui n’a jamais eu de contravention malgré une vingtaine de contrôles.   

 Certains ont même quitté la ville pour en finir avec ces interceptions incessantes. C’est le cas de Lodly Moïse, âgé de 27 ans, qui a laissé Repentigny pour Montréal il y a quatre ans.   

 « Il y a quelques années, un policier de Repentigny m’a intercepté et m’a dit que c’était parce qu’il ne me connaissait pas, se rappelle-t-il. Il m’a demandé si j’étais “un bon gars”. C’est inapproprié. Il faut que les policiers comprennent qu’on n’est plus dans les années 1970, quand il y avait deux Noirs en ville. »   

 Plan d’intervention  

 Si elle ne nie pas que certains agents de son service de police aient pu faire du profilage racial, la mairesse de Repentigny, Chantal Deschamps, précise que « celui-ci n’est pas encouragé ». Elle se dit « étonnée » des témoignages recueillis.   

 « Cela ne ressemble tellement pas à ma communauté. Repentigny est une ville familiale et inclusive », explique-t-elle.   

 Mme Deschamps rappelle qu’un plan d’intervention sur le sujet, qui devrait être mis en place avant la fin de l’année, prévoit notamment l'embauche d’un agent chargé de faire le lien entre les communautés culturelles et la Ville.   

 De son côté, le directeur adjoint de la police de Repentigny, Daniel Archibald, a indiqué lors d’une entrevue récente avec Le Journal que les policiers de la ville étaient formés en continu sur le profilage.  

  Traumatisé par le profilage    

  

Stanley Jossirain dit avoir reçu pour 1500 $ de contraventions en cinq mois et a peur de sortir de chez lui tellement il se sent harcelé.
Photo Pierre-Paul Poulin
Stanley Jossirain dit avoir reçu pour 1500 $ de contraventions en cinq mois et a peur de sortir de chez lui tellement il se sent harcelé.

 « Les policiers m’ont gâché la vie, se désole Stanley Jossirain, âgé de 22 ans. J’ai peur de sortir de chez moi, je mange moins et j’ai des pensées suicidaires. »   

 Depuis qu’il a obtenu son permis de conduire, à 18 ans, le jeune homme sent qu’il est dans le collimateur des agents de police de la Ville de Repentigny.   

 En tout, Stanley Jossirain estime s’être fait contrôler une cinquantaine de fois à Repentigny.   

 Mais le phénomène s’est particulièrement intensifié lors des deux dernières années. Depuis le printemps dernier, Jossirain dit s’être fait interpeller au moins sept fois et avoir récolté pour environ 1500 $ de tickets pour blasphème, obstruction à agent ou refus de donner ses papiers.   

 « Je n’ai jamais insulté un policier, précise le jeune homme qui, ironiquement, a longtemps rêvé d’être agent de police. Par contre, je leur ai déjà dit que j’étais tanné de me faire intercepter. »   

 Armes  

 Il raconte que deux policiers auraient pointé leur arme sur lui et l’un de ses amis, un Noir également, sans aucun motif apparent, en pleine nuit, en mars.   

 « On passait derrière leur voiture à pied pour rejoindre le véhicule de mon ami, et ils ont sorti leur pistolet en criant “mains en l’air” », détaille le jeune homme que les policiers auraient finalement laissé partir.   

 « Après ça, je ne dormais plus. Avec le stress, je n’étais plus capable de mener ma vie normale d’étudiant », commente-t-il. L’événement l’a finalement poussé à arrêter l’école, selon ses dires. Pour protéger ses autres enfants de ce qui est décrit comme du profilage racial, la mère de Stanley Jossirain, Monique Jean-Louis, a d’ailleurs choisi de déménager en 2015 avec ses six autres enfants à Toronto.   

 « Si je restais à Repentigny, je me disais qu’un de mes enfants allait mourir, soit par suicide, soit parce que la police allait l’abattre », dit la femme de 47 ans.   

 Interrogé par Le Journal sur le cas de M. Jossirain, le directeur adjoint du service de police de la Ville de Repentigny a indiqué qu’une enquête interne a été ouverte après que le jeune homme ait publié sur les réseaux sociaux un témoignage vidéo montrant des extraits de plusieurs de ses interpellations.   

 Une demande d’entrevue au SPVR hier est restée sans réponse.   

 Jossirain indique avoir déposé cet été une plainte en déontologie concernant l’incident survenu en mars qui serait encore en cours de traitement. Il compte aussi déposer une nouvelle plainte impliquant 15 agents et concernant les sept interceptions qu’il dit avoir subies cette année en cinq mois.