/news/politics
Navigation

Immigration: Régis Labeaume appuie désormais François Legault

Le premier ministre du Québec, François Legault, et le maire de Québec, Régis Labeaume
Photo Simon Clark Le premier ministre du Québec, François Legault, et le maire de Québec, Régis Labeaume

Coup d'oeil sur cet article

En plus de bénéficier de l’ouverture du chef conservateur Andrew Scheer, le premier ministre François Legault a obtenu jeudi l’appui du maire de Québec, Régis Labeaume, dans sa quête de nouveaux pouvoirs en immigration auprès d’Ottawa.

« À la Ville de Québec, on souhaite que le gouvernement du Québec ait le maximum de pouvoirs en immigration », a déclaré le maire de Québec, lors d’un point de presse au terme de sa première rencontre officielle avec le premier ministre François Legault.

Pendant la campagne électorale, le maire Labeaume avait pourtant envoyé un tout autre signal vis-à-vis la position de la CAQ en la matière.

Changement de ton

Estimant, à l’instar des libéraux, que la solution de la pénurie de main-d’œuvre passait d’abord par l’accueil d’un nombre plus élevé de nouveaux arrivants, M. Labeaume avait déploré « la bataille de chiffres » qui se jouait entre les différents chefs sur la question des seuils.

Le chef libéral Philippe Couillard en avait profité pour révéler qu’en privé, M. Labeaume s’était prononcé contre la baisse de 50 000 à 40 000 immigrants par année proposée par la CAQ.

Mais tout porte à croire que François Legault a su rassurer le premier élu de la Ville de Québec.

« On en a discuté, M. le premier ministre et moi, a exposé M. Labeaume. Son plan, c’est que les compagnies fassent la démonstration au gouvernement du Québec de leurs besoins précis, et que le gouvernement du Québec aille chercher, aille remplir ces besoins précis là et fasse passer en haut de la liste les besoins des entreprises. Si c’est ça, nous autres, on embarque ! »

M. Labeaume croit que l’obtention de nouveaux pouvoirs en immigration pourrait signifier « moins de bureaucratie ».

« Deux gouvernements qui se mêlent de ça, avec peut-être des philosophies différentes, ça complique les affaires », a dit le maire de Québec.

Scheer se montre ouvert

La CAQ souhaite notamment que le Québec devienne responsable de la sélection des immigrants issus du volet de réunification familiale.

Le premier ministre François Legault a eu l’occasion d’en discuter aussi avec le chef conservateur Andrew Scheer, lors d’une première rencontre à Québec, en début de journée.

« Je pense que c’est important d’avoir un système d’immigration basé sur nos besoins », a dit le chef conservateur devant la presse parlementaire.

« Ce que j’ai compris, c’est que M. Scheer est ouvert à nos propositions », s’est plus tard réjoui M. Legault.