/sports/others
Navigation

Le cycliste Hugo Barrette en pleine confiance

Hugo Barrette
Photo d'archives, AFP Hugo Barrette

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL | Décoré d’argent au keirin le week-end dernier à la Coupe du monde de cyclisme sur piste de Milton, en Ontario, Hugo Barrette respire la confiance. Tant physiquement que mentalement, il se sent prêt à conquérir le sommet.

Cette médaille, la troisième de sa carrière au keirin sur le circuit de la Coupe du monde, le Québécois de 27 ans l’a obtenue dès sa première sortie de la saison.

«C’était une très grosse course pour nous. Non seulement c’était à la maison, mais tous les gros poissons étaient dans l’eau, puisque le processus de qualification olympique commence. [...] C’était un vrai bon test pour voir où j’en suis dans ma carrière. Une médaille d’argent, très proche de la première place, c’est très motivant.»

À un cheveu de l’or

Parti de l’arrière, Barrette a doublé tous ses adversaires en finale pour s’installer en tête de course. Il s’est fait soutirer la victoire à la toute fin par le Britannique Jason Kenny, champion olympique de la discipline.

«Physiquement, cette performance n’est pas surprenante. Ça fait déjà un an que je sais que je peux bien faire à ce niveau-là, contre les meilleurs au monde», a indiqué le cycliste des Îles-de-la-Madeleine.

«Sur le plan de l’exécution, on a travaillé très fort avec mon entraîneur et mon préparateur mental pour être capable d’exécuter au bon moment, en contrôlant mieux mes émotions et mes aptitudes pendant les courses. Et ça porte dividendes, on voit vraiment la différence. Avec cette médaille-là et le titre panaméricain il y a un mois, ça va très bien.»

De grandes ambitions

Barrette l’a toujours affirmé haut et fort : il veut, un jour, devenir champion du monde et champion olympique. Et plus que jamais, ces titres lui semblent à sa portée.

«Je suis rendu là dans ma carrière. Je veux gagner les plus grosses courses, gagner les Mondiaux. Je pense que j’ai tout ce qu’il faut pour y arriver.»

Barrette continuera de miser sur le keirin lors des Coupes du monde de Berlin et de Londres, au mois de décembre, pour assurer sa qualification olympique. Et il ne visera rien de moins que la couronne en février prochain, en Pologne, aux Championnats de monde.