/opinion/columnists
Navigation

Mon seul souhait, la liberté

Mon seul souhait, la liberté
PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

***Cette chronique est le coup de cœur de Josée Legault

Écoutez les réactions de Josée Legault au sujet de cette chronique à partir de 19m.01s.

 

 

Face aux inégalités sociales, aux changements climatiques et à notre avenir collectif en suspens, sommes-nous réellement libres?

Le lendemain de l’élection, malgré une vague caquiste historique, impossible de sentir l’enthousiasme. Pas étonnant, compte tenu du faible taux de participation et de l’absence de projet de société. 

Nombreux sont les politiciens qui s’intéressent davantage à la promotion de mesures clientélistes plutôt qu’à l’élaboration d’une vision globale qui jetterait les bases de la société de demain. Cette dynamique alimente le cynisme.

Pour assurer la dignité des générations futures, le seul projet de société que l’on doit défendre et porter, c’est la liberté.

Perte de réalité

Actuellement, nous ne sommes pas libres. Nous sommes soumis aux aléas des marchés spéculatifs, aux tractations des négociateurs d’accords de libre-échange et à deux grandes colonnes de chiffres appelées revenus et dépenses. Nous sommes aliénés à produire dans un système qui nous réduit à des agents économiques.

Nous ne sommes plus libres lorsqu’on coupe dans le soutien aux jeunes défavorisés et dans les soins aux aînés pour engranger un surplus comptable. 

Nous ne sommes plus libres quand nous vendons notre sous-sol, notre forêt et notre eau au rabais pour créer des emplois le temps d’une génération.

Nous ne sommes pas libres quand un enfant qui pleure à Hochelaga ne reçoit pas le même réconfort qu’à Westmount.

Saisir la liberté 

La liberté constitue un projet de société dans la mesure où elle devient le socle de projets structurants et inspirants.

Nous serons libres lorsque nous nous donnerons collectivement le droit de vivre dans un environnement sain et durable.

Nous serons libres lorsque l’éducation sera véritablement universelle et équitable du primaire à l’université.

Nous serons libres quand le citoyen sera plus grand que l’industrie, que la rose plus résistante que le béton, que la solidarité plus belle que le profit.

Cette liberté est déjà sous nos pieds, à la base de notre identité et de notre démocratie. Nous choisissons de la piétiner au lieu d’y bâtir notre avenir.

La liberté sera québécoise quand son peuple décidera de la proclamer devant le concert des nations.

 

Cette chronique est en lien à la thématique politique proposée par Josée Legault:

 

Votez pour votre novice préféré du 3 au 9 décembre, qui se méritera un contrat de chroniqueur au sein du Journal.


Mentors X Novices - lundis et jeudis en baladodiffusion sur qub.radio
Les Novices : l’émission - samedis matins de 10h à 11h sur qub.radio
Les chroniques écrites – sur les sites du Journal de Montréal et du Journal de Québec et dans les journaux