/news/politics
Navigation

La ministre demande l’aide des «hackers»

Une partie de la solution dans la lutte aux cybermenaces

Karina Gould, Ministre fédérale
Photo d'archives Karina Gould, Ministre fédérale

Coup d'oeil sur cet article

À près d’un an des prochaines élections, la ministre fédérale des Institutions démocratiques Karina Gould tend la main aux « hackers » pour aider Ottawa à parfaire la sécurité informatique au pays.

« Le plus important, c’est qu’on soit préparés. [...] Ça peut être une campagne de désinformation, comme nous avons vu dernièrement avec la ministre [Chrystia] Freeland [...], des États étrangers, comme les Russes, ou des criminels qui ont des intérêts spécifiques au Canada », a-t-elle émis en guise d’hypothèse.

Hackfest

Si une promiscuité entre des « hackers » et une instance gouvernementale peut faire sourciller à première vue, « le nom n’explique pas exactement ce qu’ils font », a nuancé Karina Gould, qui prenait part à une discussion sur la sécurité informatique à l’occasion de la 10e édition du Hackfest, à Québec.

« Le nom “hacker” peut faire référence à des mauvais acteurs. Mais ici, ce sont vraiment des gens qui font de la sécurité informatique et qui sont intéressés à protéger les institutions, les entreprises, notre gouvernement et les données personnelles », a précisé la ministre de 31 ans, ajoutant qu’« on peut avoir leurs idées et être à l’écoute de leurs problèmes et des menaces qu’ils voient ».

Web scruté

Le web et ses confins seront étroitement scrutés par les autorités canadiennes au cours des prochains mois. Le Centre de la sécurité des télécommunications doit notamment pondre un nouveau rapport, tôt en 2019, pour « faire une mise à jour » des potentielles menaces qui guettent les institutions démocratiques canadiennes.

« [Le principal enjeu], c’est l’ignorance des gens qui vont se faire influencer, malgré eux, de voter d’un bord plus que de l’autre, sans vérifier les faits », croit l’ancien officier de sécurité informatique au ministère de la Défense, Steve Waterhouse, qui prenait aussi part à la discussion au Hackfest.