/opinion/columnists
Navigation

Les libéraux piégés

Coup d'oeil sur cet article

Depuis leur défaite cuisante du 1er octobre dernier, les libéraux sont en réflexion. Après 15 longues années au pouvoir – moins la brève parenthèse Marois –, un séjour à l’opposition officielle était un passage obligé.

De toute manière, avec ses 151 ans d’existence bien sonnés, le Parti libéral du Québec (PLQ) n’est pas menacé d’extinction. Le vrai danger est ailleurs. Il est de voir perdurer sa marginalisation au sein même de la majorité francophone.

À moins de 20 % d’appuis chez les francophones, le grand parti des Jean Lesage et Robert Bourassa, deux premiers ministres fortement nationalistes, a mangé une sérieuse raclée. En cela, la pire menace pour lui s’appelle la CAQ.

Si le nouveau gouvernement de François Legault réussit le moindrement à réparer quelques-uns des pots cassés au fil des ans par Jean Charest et Philippe Couillard, le vote francophone pourrait échapper au PLQ encore longtemps.

Racines

Autre constat : le PLQ et le Parti québécois sont tous les deux en quête de leur identité politique perdue. Ce phénomène nouveau en dit long sur le prix à payer par ces deux formations pour leurs errements politiques respectifs.

Au PQ, deux décennies de silence sur son option souverainiste l’ont rendu quasi obsolète auprès même de ses fidèles les plus ardents. Ses 10 députés ayant survécu au tsunami caquiste héritent ainsi d’une mission herculéenne : retourner aux sources d’un parti fondé pour réaliser l’indépendance, au moment même où une forte majorité de la population n’en veut plus.

Au PLQ, le retour aux sources est celui d’un fédéralisme néanmoins capable de s’exprimer à travers un nationalisme plus affirmé. Du moins, c’est ce qu’on aurait cru. La réalité, elle, risque d’être pas mal plus compliquée. Sur ce plan, les libéraux sont littéralement piégés.

À cause de son austérité et de son mépris pitoyable face aux préoccupations identitaires de la majorité francophone, le PLQ doit sa survie en bonne partie à son électorat anglophone et allophone. Or, ce dernier est foncièrement opposé aux attentes plus nationalistes de la majorité francophone.

Pouvoir d’influence

D’où l’immense pouvoir d’influence des électeurs non francophones sur la suite des choses. La capacité ou non des troupes libérales à reconquérir un jour le pouvoir repose en effet entre leurs mains. La raison ?

S’il veut redevenir compétitif chez les francophones, le PLQ devra refaire son muscle nationaliste. Ce qui, nécessairement, l’obligera à le traduire en positionnements politiques concrets. Ce qui, inévitablement, risquerait fort de hérisser surtout le même électorat anglophone auquel il doit beaucoup.

Le piège, le vrai, il est là. La seule manière pour les libéraux de s’en extirper repose donc sur les épaules des non-francophones. Pour permettre au PLQ de faire activement les yeux doux à la majorité francophone dont il a besoin pour retourner au pouvoir, ses électeurs non francophones seront-ils prêts à le laisser faire sans trop rechigner publiquement ?

Si la réponse est non, les libéraux resteront piégés longtemps. Et ce sera de leur propre faute.