/weekend
Navigation

À la croisée des chemins

Daniel Boucher jouera ses grands succès et quelques nouveaux titres, dans le cadre de sa tournée À grands coups de tounes.
Photo courtoisie, Place des Arts Daniel Boucher jouera ses grands succès et quelques nouveaux titres, dans le cadre de sa tournée À grands coups de tounes.

Coup d'oeil sur cet article

L’an prochain marquera les 20 ans de la sortie du premier album de Daniel Boucher, Dix mille matins. Avant de souligner cet anniversaire, l’auteur-compositeur se lance dans une tournée qui rassemble ses plus grands succès, mais aussi quelques nouveaux titres. Le Journal s’est entretenu avec lui.

Depuis l’an dernier, Daniel Boucher a voulu tester un modèle de création différent. Exit les habituelles sorties d’album tous les cinq ans, le chanteur de 47 ans a décidé de mettre en ligne ses nouvelles chansons dès qu’elles étaient prêtes. En un peu plus d’un an, il a ainsi lancé six morceaux.

« Ça me tentait d’essayer ça comme ça, dit-il. Mais je pensais qu’on était rendu un peu plus loin dans le numérique qu’on l’est. Pour les gens qui m’écoutent, je suis peut-être allé un peu vite. C’est correct, c’est un test. »

« Je reçois des messages Facebook de gens qui me demandent quand est-ce que je vais sortir ça en physique. Mais j’avais le goût d’aller vraiment en numérique. C’est la liberté totale, ou à peu près. Aussitôt que la toune est prête, tu choisis quand tu la lances et tu le fais. La structure est complètement éclatée. »

Inspirant Vigneault

En janvier 2017, Boucher a participé à l’atelier annuel d’écriture offert par Gilles Vigneault. Cette semaine de création s’adresse généralement aux jeunes artistes qui commencent dans le milieu. Mais l’auteur-compositeur sentait qu’il avait des choses à apprendre de cet exercice.

« C’est un bon temps pour aller passer une semaine avec un maître, dit-il. T’as un peu de métier, t’as un peu vu comment ça se passe. Je suis sorti de là rempli d’énergie et d’idées. J’avais le goût d’écrire. J’avais été émerveillé par le bonhomme. »

Dans quelques jours, à la Cinquième salle de la Place des Arts, il jouera devant public les six pièces qu’il a composées dans les derniers mois. « Ce sera un spectacle en deux parties, dit-il. Je ferai les nouvelles tounes en commençant, pour permettre aux gens de les découvrir. Et dans la deuxième partie, je ferai juste les demandes spéciales du monde. Je demande aux gens de m’écrire pour nous préparer. C’est tripant, car on ne joue jamais exactement la même chose. »

Le Parti québécois

Quand on demande à Daniel Boucher s’il a quelque chose de spécial en tête pour célébrer les 20 ans de Dix mille matins en octobre 2019, le chanteur répond qu’il prend en note les suggestions. Un concert dans lequel il jouerait l’intégralité de l’album ? Pourquoi pas ?

Bien sûr, on ne peut s’entretenir avec Daniel Boucher sans lui demander comment il a vécu la soirée du 1er octobre dernier, avec la débâcle du Parti québécois aux élections provinciales. Le chanteur s’était personnellement impliqué dans la campagne de Jean-François Lisée.

« Ce n’est pas la première débarque du PQ, dit-il. Mais c’en est une bonne. Je trouve qu’on s’acharne beaucoup sur le PQ. » Quel est l’avenir pour ce parti ? « Ça dépend de nous autres, répond-il. Si on veut que le PQ nous ressemble, il faut qu’on s’implique. »

Quant à l’indépendance, il ne perd pas espoir de voir le Québec devenir un pays. « Mais c’est comme si on avançait avec un moustiquaire dans le visage. On est dans un cul-de-sac. »


Daniel Boucher présentera son spectacle À grands coups de tounes les 9 et 10 novembre, à la Cinquième salle de la Place des Arts. Pour toutes les dates de la tournée : facebook.com/DanBoucherOfficiel.