/news/society
Navigation

«Hackers» déguisés en enquêteurs pour un jour

Concours informatique pour retrouver des disparus

Hackfest 2018, CF for missing persons
Photo Denis Dumouchel Le concours informatique Hackfest de Québec clôturait sa 10e édition, samedi.

Coup d'oeil sur cet article

Des « hackers » se sont déguisés en enquêteurs le temps d’une journée, samedi, alors qu’ils se sont lancés à la recherche de personnes disparues à l’occasion d’un concours informatique au Hackfest de Québec.

La compétition est organisée de concert avec Trace Labs, un organisme à but non lucratif de Vancouver qui se spécialise dans la recherche de personnes disparues.

Une centaine de participants tentaient de dénicher des indices par le biais de moteurs de recherche pour suivre la trace de véritables personnes portées disparues au Québec.

Réunis en équipe, les enquêteurs improvisés se voyaient octroyer des points selon le nombre et la pertinence des informations recueillies.

Le bilan des activités et des informations trouvées est transmis à la Sûreté du Québec et au Service de police de la Ville de Québec.

« Une équipe va les attendre lundi matin pour les analyser et voir si ça peut les aider à résoudre des dossiers », explique Patrick Mathieu, cofondateur du Hackfest, qui clôturait samedi sa 10e édition.

Il s’agissait du cinquième concours du genre mis en place par le Trace Lab. « Ils ont résolu des dossiers dans chaque cas », pointe M. Mathieu, donnant l’exemple d’un cas de fugue.

Utilité sociale

En plus de la recherche de personnes disparues, l’événement présentait une fois de plus une activité d’« ingénierie sociale », où les participants appellent des entreprises de toutes sortes pour tenter d’obtenir de l’information sensible.

Le bilan sera aussi transmis aux entreprises respectives pour les prévenir de potentielles failles.

« Le but du Hackfest, c’est de sensibiliser. Il faut que les organisations comprennent qu’elles sont extrêmement vulnérables à ce genre de fraude. Le concours fait que c’est utile et que ça conscientise », estime Patrick Mathieu.