/finance
Navigation

Parier sur le hockey peut rapporter gros

La LNH a conclu un accord avec MGM Resorts pour fournir des données touchant les paris sportifs

Le PDG de MGM Resorts International, James Murren (à gauche), et Gary Bettman, grand patron de la LNH lors de l’annonce en conférence de presse cette semaine à New York d’un partenariat sur les paris sportifs.
Photo REUTERS Le PDG de MGM Resorts International, James Murren (à gauche), et Gary Bettman, grand patron de la LNH lors de l’annonce en conférence de presse cette semaine à New York d’un partenariat sur les paris sportifs.

Coup d'oeil sur cet article

Il n’y a que les fous qui ne changent pas d’idée, dit-on. Cette semaine, Gary Bettman a tenu à nous démontrer qu’il n’était pas fou. Le commissaire de la Ligue nationale de hockey (LNH), un farouche opposant de longue date à la légalisation des paris sportifs, y est allé d’une spectaculaire volte-face en annonçant un partenariat avec l’opérateur de casinos MGM Resorts.

« Nous nous inquiétons de la façon dont le jeu et les paris affectent la LNH et de la façon dont ils changent les perceptions et posent des défis quant à l’intégrité de la LNH », déclarait Gary Bettman aux autorités du New Jersey en 2012.

« Je me préoccupe surtout de l’ambiance dans l’amphithéâtre. Nous savons que les paris font partie de l’industrie à Las Vegas, mais nous ferons en sorte que ce ne sera pas facile de placer un pari avant d’aller voir un match », disait-il pas plus tard qu’au printemps 2016, au moment d’annoncer que la ligue octroyait une franchise à Las Vegas.

Et quelle était la position de Gary Bettman cette semaine sur la popularité grandissante des paris sportifs, lorsqu’il a dévoilé les détails du partenariat entre la LNH et MGM Resorts ? Laissons le soin au commissaire de répondre.

« Je ne me suis jamais inquiété et je ne m’inquiète pas de l’intégrité de notre sport », a-t-il souligné.

Des revenus additionnels

Bien sûr, la décision de la Cour suprême des États-Unis plus tôt cette année de légaliser les paris sportifs a changé la donne. Nul besoin de dire que les ligues sportives, sans qui cette industrie au sein de laquelle circulent des milliards de dollars annuellement n’existerait pas, veulent leur part du gâteau.

Au domicile des Devils du New Jersey, autre État américain où le jeu et les casinos sont omniprésents, on prévoit aménager un salon dédié aux paris sportifs. Ainsi, il sera possible de se rendre à ce salon pour placer des paris lors des matchs des Devils. Une autre option est de demeurer à votre siège et de placer des paris pendant le match par l’entremise d’une application mobile.

Mieux encore, les équipes pourront ouvrir ce salon aux amateurs lors des matchs que l’équipe dispute à l’étranger, permettant du même coup de générer des revenus grâce à la vente de bière et de nourriture.

En s’associant à un opérateur de casinos, la LNH imite la NBA. Et bien que la ligue ne touchera aucun revenu provenant des paris, elle sera dédommagée par MGM Resorts pour l’utilisation de ses logos et de son image de marque.

En point de presse à New York lundi, Gary Bettman a minimisé une question indiquant que la LNH pourrait engranger des revenus additionnels de 216 millions de dollars américains par année grâce à ce partenariat. Le commissaire a plutôt rappelé que la priorité était l’engagement des partisans.

Gary Bettman qui affirme que les revenus ne sont pas importants dans l’équation, c’est un peu comme Justin Trudeau qui nous dit le plus sérieusement du monde que son gouvernement légalise la marijuana pour la garder hors de la portée des mineurs.

Pas au Canada pour l’instant

Si vous rêvez de pouvoir assister à un match local du Canadien et de parier 20 $, à l’aide de votre téléphone, à savoir si le Tricolore marquera sur son prochain avantage numérique, ou encore sur le nombre de tirs auxquels fera face Carey Price, prenez votre mal en patience.

Les paris sportifs permettant de miser sur un match unique sont toujours interdits au Canada. L’entente conclue cette semaine ne concerne que les États ayant légalisé les paris sportifs. Les amateurs canadiens continueront donc de se tourner vers les plateformes illégales.

 

Paris sportifs

Revenus annuels additionnels anticipés pour les quatre grandes ligues 4,23 milliards $

Ces revenus proviennent de quatre sources

  • Pub télé de plateformes de paris : 596 millions $
  • Commandites de plateformes de paris : 267 millions $
  • Revenus vidéo : 89 millions $
  • Revenus indirects (droits de diffusion, vente de billets, commandites, etc.) : 3,28 milliards $

Revenus annuels additionnels anticipés par ligue

  • NFL : 2,326 milliards $
  • MLB : 1,106 milliard $
  • NBA : 585 millions $
  • LNH : 216 millions $

 

Le chiffre de la semaine : 10 G$

Le PDG de MGM Resorts International, James Murren (à gauche), et Gary Bettman, grand patron de la LNH lors de l’annonce en conférence de presse cette semaine à New York d’un partenariat sur les paris sportifs.
Photo courtoisie, Loto-Québec

Selon la Canadian Gaming Association, les Canadiens parieraient pas moins de 10 milliards de dollars annuellement de façon illégale sur divers événements sportifs. En revanche, le montant dépensé pour des paris par l’entremise de plateformes légales gérées par les provinces s’élèverait à 500 millions de dollars.