/opinion/columnists
Navigation

Il faut abolir les frontières?

Coup d'oeil sur cet article

Ainsi, Donald Trump est un salaud, car il veut faire respecter les frontières de son pays.

Mais que devrait-il faire, selon vous ?

Laissez des milliers de migrants traverser la frontière illégalement, sans rien faire ?

OUVREZ GRANDES LES PORTES !

Si les frontières ne veulent plus rien dire, qu’on les efface, alors !

Qu’on laisse entrer tous ceux qui veulent venir s’installer chez nous !

Qu’on congédie tous les douaniers et qu’on ouvre le pays à tout le monde !

Une vingtaine de Québécois se sont rendus à Mexico pour participer au Forum social mondial sur les migrations.

« Le premier geste à poser envers les migrants est humanitaire. On doit leur apporter de la nourriture, de l’eau, et leur offrir de l’hébergement », a déclaré Ronald Cameron, l’un des participants, à TVA Nouvelles.

Primo : on ne peut pas accueillir toute la misère du monde. Ouvrez toutes grandes les frontières du pays, et l’extrême droite se retrouvera au seuil du pouvoir dans 10 ans.

Deuxio : il y a des critères pour être reconnus comme réfugiés, et il y a des règles à suivre si vous voulez immigrer dans un pays.

On ne se pointe pas comme ça, sans avertissement.

C’est injuste pour ceux et celles qui ont suivi la procédure.

Et tertio : monsieur Cameron veut se montrer généreux envers les déshérités ? Parfait !

Au lieu de participer à un congrès à Mexico, qu’il publie son adresse sur internet et qu’il invite tous ceux qui tirent le diable par la queue au Québec (et il y en a plusieurs) à se pointer chez lui avec leur sac de couchage.

Personne ne l’empêche.

ÉLOGE DES FRONTIÈRES

Vous connaissez Régis Debray ?

Cet intellectuel né en 1940 est un homme de gauche, un vrai.

Il ne se contente pas de pérorer dans son salon, de participer à des colloques tous frais payés ou d’écrire des lettres ouvertes dans les journaux.

Son gauchisme n’est pas une posture. C’est un engagement.

Dans les années 1960, il a pris les armes pour combattre aux côtés de Che Guevara. Capturé par les troupes boliviennes, il a été torturé et condamné à 30 ans d’emprisonnement.

Grâce à une campagne internationale menée par Jean-Paul Sartre, il a été libéré après trois ans et huit mois d’incarcération.

Il y a quelques années, Debray a publié Éloge des frontières, un essai brillant pourfendant ce qu’il appelle le « sans-frontiérisme », cette idée gnan-gnan voulant que nous soyons tous des citoyens du monde et que les frontières qui divisent les pays doivent toutes être abolies.

« La frontière est ce qui donne du sens à notre monde, écrit-il. Comment mettre de l’ordre dans le chaos ? En traçant une ligne. En séparant un dehors d’un dedans. »

« La frontière est ce qui permet de sauvegarder l’exception d’un lieu et à travers lui, la singularité d’un peuple... »

« Le mur interdit le passage, la frontière le régule. »

Tout est là.

Il ne s’agit pas de fermer les frontières à double tour et de ne laisser entrer personne. Mais de réguler le passage des gens, de l’encadrer par des règles.

Des règles qu’on doit respecter.

Et qu’on doit faire respecter.