/entertainment/movies
Navigation

L’avocat de Weinstein redemande l’abandon des poursuites, pour erreurs de la police

New York judge rules on application by Harvey Weinstein's legal team to dismiss sex crimes charges
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Invoquant une «nouvelle erreur» dans l’enquête sur les agressions sexuelles présumées d’Harvey Weinstein, son avocat a redemandé lundi l’abandon de toutes les poursuites ou, à défaut, une audience pour exposer les déficiences de l’accusation.

Dans un recours déposé lundi au tribunal de Manhattan, Ben Brafman, l’avocat de l’ancien producteur de cinéma Harvey Weinstein, affirme avoir découvert «une nouvelle erreur» commise selon lui par l’enquêteur de la police new-yorkaise Nicholas DiGaudio, dans ce dossier particulièrement emblématique du mouvement #MeToo.

M. Brafman a affirmé avoir découvert qu’une des trois accusatrices à l’origine de l’inculpation de M. Weinstein, Mimi Haleyi, avait continué à communiquer avec l’ex-producteur après juillet 2006, date à laquelle il l’aurait agressée sexuellement.

Mme Haleyi, assistante de production, aurait envoyé en février 2007 un SMS demandant à rencontrer M. Weinstein, message dont le grand jury qui a validé l’inculpation de M. Weinstein n’a jamais été informé, selon M. Brafman.

Le conseil attribue cette omission au détective DiGaudio, qui dirigeait l’enquête sur Harvey Weinstein à ses débuts et qui a déjà été mis en cause à deux reprises pour des erreurs lors de ces investigations.

Il est apparu qu’il avait déjà omis de faire état d’un témoignage contredisant la déposition de Lucia Evans, une autre accusatrice de M. Weinstein.

Alors que Mme Evans avait déclaré à la police avoir été forcée de faire une fellation au producteur en 2004, elle avait confié à une proche avoir en fait accepté cette fellation en échange d’un rôle.

Ces informations ont conduit à l’abandon le 11 octobre d’un des six chefs d’accusation, celui lié à l’agression supposée sur Mme Evans.

Il s’est aussi avéré que M. DiGaudio avait conseillé à l’une des accusatrices d’effacer de son téléphone portable les éléments qu’elle jugerait gênants. Conseil contraire aux instructions du procureur, qui avait demandé la remise des téléphones en l’état.

M. Brafman avait par ailleurs révélé début août l’existence d’une correspondance soutenue entre son client et une troisième femme, restée anonyme, qui accuse l’ex-producteur de l’avoir violée en mars 2013.

Les extraits rendus publics de cette correspondance, jamais communiqués au grand jury, indiquent que M. Weinstein et cette femme ont eu après 2013 une relation suivie, fragilisant la thèse d’un viol.

Dans ces conditions, souligne le célèbre avocat dans le recours déposé lundi, tout le dossier soumis au grand jury a été «irréparablement entaché» et les poursuites doivent être abandonnées.

À défaut, il demande au juge d’organiser une audience pour déterminer «l’étendue des erreurs» commises par la police et le procureur dans ce dossier, lors de laquelle M. DiGaudio serait convoqué.

La prochaine audience est prévue le 20 décembre.