/news/politics
Navigation

Le président du conseil d’administration d’Hydro-Québec démissionne

Michael Penner était favorable au projet éolien Apuiat

Michael Penner
Photo d'archives, TVA NOUVELLES Michael Penner

Coup d'oeil sur cet article

Les deux plus hauts dirigeants du conseil d’administration d’Hydro-Québec ont annoncé lundi leur démission, a appris notre Bureau d’enquête.

Le président Michael Penner et la vice-présidente Michelle Cormier ont signé conjointement une lettre annonçant leur départ.

Selon nos informations, ils ont expliqué leur décision par un « bris de confiance » envers le président-directeur général de la société d’État, Éric Martel.

Leur lettre a été transmise au Conseil exécutif, le ministère du premier ministre François Legault.

Selon une source gouvernementale, M. Penner « a peut-être senti la soupe chaude ».

L’objectif sera de trouver un remplaçant dont la « compétence et l’indépendance » seront manifestes, a-t-on indiqué.

Au cours des derniers mois, M. Penner a exercé des pressions auprès du président-directeur général de la société d’État, Éric Martel, pour faire progresser le projet éolien Apuiat, auquel M. Legault est opposé.

M. Penner avait été nommé par le gouvernement de Philippe Couillard, en 2014. Son mandat avait été renouvelé en mai et devait se terminer en 2023.

En août, notre Bureau d’enquête avait publié une lettre où M. Martel affirmait qu’Apuiat, pourtant soutenu par le gouvernement libéral, était difficilement recommandable.

Jointe par téléphone, lundi, Mme Cormier a affirmé que sa décision n’a rien à voir avec l’élection du nouveau gouvernement de François Legault.

« En effet, pour raisons personnelles je démissionne. Ça fait quand même neuf ans que je suis là. »

Elle a également écarté tout lien avec le projet éolien Apuiat. « Ce n’est même pas un projet qui est venu au conseil », a-t-elle dit.

En août dernier, Hydro-Québec avait conclu une entente de principe avec les promoteurs d’Apuiat, la Nation innue et l’entreprise Boralex. L’entente n’avait pas encore été soumise au conseil d’administration.

Mme Cormier avait été nommée en 2009 au conseil d’Hydro-Québec. Son deuxième mandat devait se terminer en décembre de cette année.

FRAIS JURIDIQUES

En juillet, Le Journal avait rapporté une explosion de 5700 % des honoraires de services juridiques utilisés par le conseil d’administration.

Ces informations provenaient d’une demande d’accès à l’information faite par la Coalition avenir Québec, portée au pouvoir le 1er octobre.

Selon ces documents, le C.A. d’Hydro-Québec a payé 635 000 $ en honoraires d’avocats externes en 2017, contre 11 000 $ en 2016.

La nomination de M. Penner à la présidence avait étonné, en 2014, en raison de son expérience professionnelle limitée à une petite entreprise du secteur manufacturier.

L’expert en gouvernance Yvan Allaire avait notamment exprimé des doutes sur ce choix, qu’il avait qualifié de « singulière innovation ».