/news/health
Navigation

Les proches aidants réclament de l’aide

Marguerite Blais
JEAN-FRANCOIS DESGAGNES/JOURNAL Marguerite Blais

Coup d'oeil sur cet article

Les proches aidants sont très nombreux à réclamer de l'aide, en cette Semaine des aidants naturels.

Au Québec, environ une personne sur quatre endosse le rôle de proche aidant, ce qui équivaut à 1,6 million de personnes, dont 58 % sont des femmes. Qu'ils prennent soin d'un enfant ou un parent malade, ils ont des attentes à l'endroit du nouveau gouvernement.

La ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, a assuré lundi qu'elle a l'intention d'honorer les engagements de la Coalition avenir Québec (CAQ) pris durant la campagne électorale en appuyant les aidants naturels.

«Pas seulement les proches aidants des aînés, mais toutes formes de "proche aidance", parce qu'il y a des parents qui ont des enfants lourdement handicapés. Un des deux parents doit quitter son travail pour s'occuper de l'enfant», a précisé la ministre Blais.

Le gouvernement de la CAQ a l’intention d’investir 93 millions $ en bonifiant principalement le crédit d’impôt pour aidants naturels et en construisant 20 maisons de répit, au coût de 150 millions $.

Ces mesures pourraient offrir un bon coup de pouce aux proches aidants. Au moins 20 % d'entre eux vivent de l’insécurité financière. Ils perdent, en moyenne, 16 000 $ par année en salaire à prendre soin d’un proche.

Mélanie Perroux, du Regroupement des aidants naturels du Québec, constate la réalité des proches aidants : «Ce matin, j'avais une proche aidante qui me disait "ma mère, elle ne veut pas que ce soit un étranger qui vienne à la maison. Alors, c'est constamment moi qui suis là, qui suis épuisée. Je n'en peux plus et je ne sais plus quoi faire"», a-t-elle relaté.

«Actuellement, il y a quelques crédits d'impôt, mais qui ne suffisent pas à contrer l'appauvrissement. Il y a quelques mesures de répit, mais qui ne sont pas satisfaisantes parce qu'elles ne couvrent pas tous les besoins», a poursuivi Mme Perroux.

La ministre Blais veut tenir un forum, le mois prochain, afin de consulter la population et mettre en place une stratégie nationale.