/entertainment/music
Navigation

Rihanna s'en prend à Donald Trump pour avoir utilisé sa musique

Rihanna s'en prend à Donald Trump pour avoir utilisé sa musique
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Rihanna est furieuse contre Donald Trump. L’analyste politique Philip Rucker, correspondant à la Maison-Blanche du Washington Post, a tweeté dimanche que la chanson Don't Stop the Music de Rihanna de 2007 avait été entendu lors d’un rassemblement à Chattanooga, dans le Tennessee.

«Cela a été dit un million de fois, mais ce sera dit un million et une fois: les rassemblements de Trump ne ressemblent à rien d’autre en politique. Actuellement, “Don't Stop the Music” de Rihanna retentit à Chattanooga alors que des bénévoles lancent des T-shirts gratuits de Trump à la foule, comme pendant un match de sport. Tout le monde adore ça», a-t-il tweeté.

Rihanna, elle, n’a pas du tout adoré. «Plus pour longtemps... Ni moi ni mon entourage ne participerions à un de ces rassemblements tragiques, alors merci de m’avoir prévenue Philip!», a-t-elle répondu en reprenant le tweet du journaliste.

Rihanna n’est pas la première vedette à s’opposer à ce que sa musique soit utilisée par le président américain controversé. Pharrell Williams a récemment envoyé une mise en demeure à Donald Trump et ses équipes après que sa chanson Happy ait été utilisée lors d’un rassemblement dans l’Indiana, qui s’est tenu quelques heures à peine après la mort de 11 personnes lors d’une fusillade dans la synagogue Tree of Life à Pittsburgh, en Pennsylvanie.

«Le jour du massacre de 11 êtres humains aux mains d’un “nationaliste” dérangé, vous avez joué sa chanson Happy» devant une foule lors d’un événement politique en Indiana», a écrit l’avocat de Pharrell Williams, Howard King, dans sa lettre à Trump. «La tragédie infligée à notre pays, samedi, n’a rien d’“heureux” et aucune autorisation ne vous a été accordée pour utiliser cette chanson à cette fin.»

Steven Tyler, R.E.M., les Rolling Stones, Elton John, les héritiers de Prince et Queen font partie des autres musiciens qui ont exprimé des objections à ce que leur musique soit utilisée par Donald Trump lors d’événements politiques.