/news/society
Navigation

Amputée 4 fois, elle s’implique pour la santé mentale

Sabryna Mongeon apparaît aux côtés du porte-parole de la Fondation équestre Red Robin, Boom Desjardins, et la fondatrice Andray Renaud lors d’une conférence de presse mardi à Gatineau.
Photo Mathieu Daoust Sabryna Mongeon apparaît aux côtés du porte-parole de la Fondation équestre Red Robin, Boom Desjardins, et la fondatrice Andray Renaud lors d’une conférence de presse mardi à Gatineau.

Coup d'oeil sur cet article

GATINEAU | Revenant peu à peu à une vie normale, la femme qui a été amputée des quatre membres après un accident l’hiver dernier souhaite aider les gens en détresse psychologique.

Moins d’un an après le tragique accident qui a failli lui coûter la vie, Sabryna Mongeon s’associe à une nouvelle fondation qui offrira des thérapies assistées par les chevaux aux personnes qui vivent des moments difficiles.

Même si elle a laissé paraître une force de caractère immense durant cette terrible épreuve, Sabryna Mongeon admet qu’elle a vécu des moments difficiles dans les derniers mois. Elle souhaite maintenant sensibiliser les gens.

« J’ai connu un bas fond émotionnel après la perte de mes membres et c’est là que j’ai eu le réflexe de demander de l’aide. Les gens ont des préjugés à demander de l’aide, mais je veux leur dire que ce n’est pas une faiblesse. C’est une force de résilience », a dit la jeune femme de 19 ans lors d’une conférence de presse qui réunissait le porte-parole de la fondation Boom Desjardins.

La Fondation équestre Red Robin voit le jour à l’Ange-Gardien, au nord de Gatineau, en hommage à Robin Brochu, un jeune homme de 20 ans qui s’est enlevé la vie en 2013.

Sabryna Mongeon apparaît aux côtés du porte-parole de la Fondation équestre Red Robin, Boom Desjardins, et la fondatrice Andray Renaud lors d’une conférence de presse mardi à Gatineau.
Photo courtoisie

Sabryna Mongeon a été amputée des deux bras et des deux jambes en janvier dernier après qu’elle a été électrocutée à la suite d’une sortie de route la veille de Noël.

Après plusieurs mois à l’hôpital et en centre de réadaptation, elle a obtenu son congé en septembre dernier. Grâce à la générosité de la population, des dizaines de milliers de dollars ont été amassés, ce qui permet de lui construire une résidence adaptée à sa nouvelle réalité à Laval. La construction devrait être terminée dans les prochains mois.

- Avec la collaboration de Mathieu Daoust