/news/politics
Navigation

Aussant prêt à changer le nom du Parti québécois

La défaite historique du parti impose une importante réflexion, estime le candidat péquiste battu

POL-LEGER-APPUIE-AUSSANT-PARTI-QUEBECOIS
Photo d’archives, Agence QMI L’ex-député péquiste Jean-Martin Aussant estime que le statu quo est impossible pour le Parti québécois après sa défaite du 1er octobre dernier. 

Coup d'oeil sur cet article

Associé au racisme par une partie de la population depuis l’épisode de la Charte des valeurs, le Parti québécois devrait songer à une refondation complète et repartir sous un nouveau nom, estime Jean-Martin Aussant.

Ex-député péquiste et candidat défait lors des récentes élections provinciales, Jean-Martin Aussant estime que toutes les options doivent être sur la table après la défaite historique de son parti le 1er octobre dernier.

La formation souverainiste a obtenu seulement 10 sièges, son pire score depuis 1976.

«Si le PQ ne change rien, on connaît le résultat de la prochaine [élection]. Que le PQ ne change rien, c’est la seule option qui n’en est pas une, selon moi», dit-il en entrevue avec notre Bureau parlementaire.

Comme il l’avait fait lors de la course à la chefferie en 2014, dans une lettre intitulée Si j’étais militant péquiste, le fondateur d’Option nationale propose un congrès de refondation ouvert à tous les souverainistes afin de créer un nouveau parti sur les cendres du PQ.

Ce serait «non pas un congrès du PQ ouvert à tous, mais un congrès de refondation duquel ressortirait un nouveau véhicule souverainiste».

«Je trouve que c’est encore une idée qui mérite qu’on y réfléchisse comme il faut», dit-il.

Les traces de la Charte

Jean-Martin Aussant avait d’abord évoqué l’idée lors d’une présentation au 11e colloque de l’Institut de recherche sur le Québec samedi dernier.

«Je disais qu’il fallait tout laisser ouvert : que ce soit reconstitution, refondation, changement de nom ou reconstruction», précise-t-il, à moins de deux semaines d’un conseil national où le PQ doit procéder à un bilan de la dernière campagne électorale.

Depuis qu’il a proposé la Charte des valeurs, le PQ est fréquemment associé au racisme par ses adversaires, déplore l’ex-député.

«C’est sûr que l’épisode de la Charte, pour certains, est une arme fantastique pour démolir le PQ et le démoniser», estime-t-il. Certains militants de Québec solidaire avaient également qualifié le PQ de «raciste» au moment de rejeter la convergence.

L’étiquette percole même dans la population. Jean-Martin Aussant relate un événement survenu dans une école secondaire de sa circonscription lors de la dernière campagne électorale.

«Il y avait une impro sur le thème du racisme... et ils ont joué des péquistes», lance-t-il, en soulignant que les élèves ont peut-être voulu le «taquiner». «Ça m’a un peu marqué», ajoute-t-il.

Repartir à zéro

D’où l’idée de repartir sur de nouvelles bases, même s’il estime que l’épisode de la Charte des valeurs a été «exagéré» par ses adversaires et que le PQ «n’est pas un parti de racistes du tout».

«Dans ce sens-là, c’est vrai que de refonder quelque chose qui ne s’appelle pas Parti québécois, ça peut aider», dit Jean-Martin Aussant.

Quant à lui, l’ex-député affirme qu’il est trop tôt pour savoir quel rôle il jouera au sein du mouvement souverainiste, même si certains le voient déjà candidat à la chefferie.

«Je serai souverainiste toute ma vie, dit-il. Quelle forme prendra la suite pour moi? C’est à voir. C’est encore récent, l’élection.»