/news/transports
Navigation

La ligne jaune avant la ligne rose?

Longueuil a l’oreille de la CAQ pour ce projet de prolongement de métro qui est attendu depuis 50 ans

Sylvie Parent
Photo Chantal Poirier La mairesse de Longueuil, Sylvie Parent, a remis hier son plan de prolongement de la ligne jaune au nouveau ministre des Transports, François Bonnardel.

Coup d'oeil sur cet article

Le prolongement de la ligne jaune pourrait avoir plus de chances de voir le jour que la ligne rose, après une importante rencontre qui s’est déroulée hier entre deux nouveaux ministres caquistes et la mairesse de Longueuil.

Un plan inédit de prolongement de la ligne jaune, qui traverserait Longueuil, a été remis en main propre hier à une forte délégation caquiste réunie à l’invitation de la mairesse Sylvie Parent. Ce projet est attendu par la Ville depuis 50 ans.

Devant l’hôtel de ville, la limousine du ministre des Transports François Bonnardel était stationnée près de celle du ministre délégué à la Santé et des Services sociaux et député de Taillon, Lionel Carmant. Le député de Vachon, Ian Lafrenière, avait lui aussi fait le déplacement.

« Obtenir une telle rencontre un mois seulement après les élections, ça démontre un intérêt fort de la part du gouvernement pour nos projets », s’est enthousiasmé la mairesse.

50 ans d’attente

Mme Parent avait présenté durant la dernière campagne électorale un ambitieux plan de transports pour l’agglomération de Longueuil, comprenant un métro, un tramway, des voies réservées et des autobus rapides. Hier, durant une « rencontre exploratoire » d’une heure, elle a concentré ses demandes sur deux priorités : l’ajout de six stations sur la ligne jaune et la construction du viaduc Lafayette dans le prolongement du pont Jacques-Cartier pour améliorer l’accès au centre-ville.

« On a l’air gourmands, mais c’est parce qu’il n’y a pas eu d’investissement majeur dans l’agglomération de Longueuil durant les 30 dernières années », fait valoir la mairesse Parent.

« La CAQ s’est engagée à prolonger les lignes bleue et jaune. La ligne bleue est déjà sur la table à dessin, donc selon moi la ligne jaune s’en vient », insiste la mairesse.

Celle-ci se refuse à avancer un coût ou un échéancier et elle reconnaît qu’il faudra attendre une décision du ministre des Transports.

Montréal et Laval

La mairesse de Longueuil a toutefois réussi à recevoir le ministre Bonnardel avant les Villes de Montréal et Laval qui ont elles aussi des projets de transports très coûteux à faire financer.

À Montréal, la mairesse Valérie Plante tente de pousser Québec à changer d’avis au sujet de la ligne rose. Elle a récemment annoncé en ce sens la mise sur pied d’un bureau de projet et elle en a discuté avec le premier ministre François Legault.

Au cabinet de Mme Plante, on assure aussi qu’une rencontre avec M. Bonnardel aura lieu prochainement.

De son côté, Laval veut revenir à la charge après avoir échoué à obtenir un bureau de projet visant la création d’un important réseau de transports sur la Rive-Nord, comme promis par l’ex-ministre libéral André Fortin.

L’équipe du maire Marc Demers se dit à pied d’œuvre pour organiser une rencontre avec M. Bonnardel et la ministre responsable de la Métropole, Chantal Rouleau, pour relancer cette initiative qui doit permettre de décongestionner le secteur d’ici 2030.

Hier, le cabinet du ministre Bonnardel a refusé de s’étendre sur les raisons de sa venue à Longueuil, évoquant simplement une « rencontre de travail ».

Un projet de six stations