/news/society
Navigation

SPVM : le nouveau chef doit rester prudent

SPVM : le nouveau chef doit rester prudent
Photo Agence QMI, Dario Ayala

Coup d'oeil sur cet article

Le prochain chef de la police de Montréal sera l’un de ses deux directeurs adjoints issus de l’externe, comme le recommande le directeur intérimaire afin de ne pas briser l'équilibre fragile qui a été retrouvé au sein de l'organisation.

La mairesse de Montréal Valérie Plante a répondu favorablement mardi au rapport de mandat de Martin Prud’homme, chargé dans la dernière année de redresser et de réorganiser le Service de police de la ville de Montréal (SPVM).

«Pour s’assurer qu’on ne se retrouve pas dans de vieux "patterns", il est fortement suggéré d’aller dans la continuité», a-t-elle indiqué, précisant que le service policier avait besoin de stabilité.

La Ville a mis en place un comité et s’est fixée comme objectif de valider la nomination du prochain chef au conseil municipal du 19 novembre. Le gouvernement du Québec devra ensuite l’approuver.

La ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault appuiera la Ville pour une nomination en ce sens.

M. Prud'homme ne croit pas qu’il faudrait ouvrir le processus à sa succession à un candidat issu du SPVM. «Un tel processus présenterait des risques dans un contexte où l’équilibre interne est toujours fragile et qu’une telle démarche pourrait conduire à une nouvelle course à la chefferie, au possible retour de clans et à la détérioration du climat », écrit-il dans le rapport.

Le chef de l’opposition Lionel Perez estime que la décision d’accepter la recommandation de M. Prud’homme est précipitée. «Je ne dis pas que ces candidats n’ont pas de fort potentiel, je dis pourquoi se limiter à seulement deux candidatures?»

Même si le climat de travail est «plus positif», cet équilibre reste fragile et le prochain chef de la police de Montréal devra être prudent pour ne pas que les changements et les nouvelles pratiques instaurées ne se perdent, soutient le chef intérimaire dans son rapport.

«Ces deux personnes vont être capables de poursuivre la continuité et de préparer la relève», a expliqué M. Prud’homme, en entrevue à TVA Nouvelles.

Équipe mixte

Son rapport contient 14 recommandations, dont la mise sur pied une équipe mixte d’enquête lors des allégations criminelles visant des policiers du SPVM et de la Sûreté du Québec (SQ).

Lorsque l’équipe sera créée, on suggère au ministère de la Sécurité publique de lever le transfert systématique des enquêtes sur le SPVM vers l’équipe mixte du Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) et la SQ, préconisant plutôt «une approche de mise en commun des forces des principaux corps policiers du Québec».

«[...] j'en prends acte aujourd'hui, je vais l'analyser et je vais vous revenir avec une décision sur la suite», a réagi Geneviève Guilbault.

Le rapport Bouchard, dévoilé en décembre, écorchait sévèrement la division des affaires internes du SPVM, faisant état d’irrégularités dans la pratique des enquêtes.

L’administration provisoire de M. Prud’homme prendra fin le 31 décembre. Ce dernier restera en poste jusqu’à la nomination du prochain directeur.

- Avec la collaboration d’Antoine Lacroix et Pascal Dugas-Bourdon, Agence QMI

Cinq éléments du rapport

  • 35 %: 261 enquêteurs sur un total de 753 exercent leur fonction sans avoir leur diplôme
  • 24 mois: période prévue pour rattraper le retard en matière de formation des enquêteurs
  • 116 cadres sur environ 120 sont d’accord avec la révision des promotions des officiers
  • Malgré plusieurs demandes de mise à jour de la part du ministère de la Sécurité publique, le plan d’organisation policière du SPVM n’a pas été revu depuis 2004.
  • Plusieurs des systèmes informatiques utilisés au SPVM sont désuets. Une modernisation est nécessaire, dit Prud’homme

Deux successeurs potentiels

Line Carbonneau

  • Directrice adjointe et aux normes professionnelles
  • 37 ans d’expérience à la GRC, dont 20 comme gestionnaire
  • a géré jusqu’à 3 000 employés et un budget de plus de 400 millions $
  • Si elle remplace Martin Prud’homme, elle deviendrait ainsi la première femme à la tête du SPVM

Sylvain Caron

  • Directeur adjoint et aux enquêtes criminelles
  • 36 ans d’expérience policière, dont 20 à titre de gestionnaire policier
  • 21 ans comme policier municipal à Sorel-Tracy, dont 6 ans comme directeur
  • Directeur général adjoint à la Sûreté du Québec entre 2014 et mars 2018.