/sports/fighting
Navigation

L’étrange volte-face de Floyd Mayweather

L’étrange volte-face de Floyd Mayweather
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

LOS ANGELES | Il se passe toujours quelque chose avec Floyd Mayweather : deux jours après l’annonce de son retour pour affronter un kickboxeur japonais le 31 décembre au Japon, l’ancienne superstar de la boxe a annulé mercredi ce duel improbable, en assurant avoir été trompée par les organisateurs.

C’est « Lost in Translation » dans le monde de la boxe. Ou comment, à le croire, le flamboyant Floyd Mayweather, l’un des plus grands boxeurs de l’histoire, a été dépassé par les événements et s’est retrouvé pris au piège lors d’une conférence de presse à Tokyo.

« Je veux que cela soit dit clairement, moi, Floyd Mayweather, je n’ai jamais donné mon accord pour un combat officiel contre Tenshin Nasukawa », a-t-il écrit sur son compte Instagram mercredi.

Dans son long message, Mayweather, 41 ans, explique que « son entourage et lui ont été complètement déstabilisés par la nouvelle tournure des événements » lors de cette fameuse conférence de presse à Tokyo.

À le lire, il avait initialement donné son accord pour un combat-exhibition de trois rounds face à un combattant choisi par les organisateurs, la Rizen Fighting Federation, combat réservé à « un petit groupe de spectateurs fortunés payant une très large somme ».

« Désolé » 

« Nous aurions dû stopper immédiatement ce qui se passait, je veux présenter mes excuses à mes admirateurs au sujet de ces informations très trompeuses qui ont été diffusées lors de cette conférence de presse », a poursuivi Mayweather.

« Je peux vous assurer que moi aussi j’ai été complètement pris de court par ce qui était annoncé sans mon accord ni mon approbation », a-t-il insisté.

Et Mayweather, qui n’a pourtant jamais hésité durant sa carrière à chambrer et insulter ses adversaires et autres promoteurs, d’expliquer qu’il a été pris de... timidité.

« Pour les spectateurs et participants venus du monde entier qui avaient fait le déplacement pour assister à cette conférence, je n’ai pas voulu créer une énorme confusion en contestant ce qui était dit, j’en suis désolé », a-t-il avancé.

« Money » (littéralement argent pour son immense fortune amassée sur les rings de boxe) avait pourtant semblé jouer le jeu durant la conférence de presse.

« Je veux donner ce qu’ils veulent aux gens : du sang, de la sueur et des larmes », avait-il lancé après son arrivée au Japon en jet privé.

Cette volte-face est l’énième chapitre controversé de la carrière haute en couleur de celui qui s’était autoproclamé meilleur boxeur de l’histoire.

« Un boxeur à la retraite » 

Sacré champion du monde dans cinq catégories de poids différentes, il est resté invaincu durant toute sa carrière avec un bilan de 50 victoires, dont 27 avant la limite.

Il avait mis un terme à sa carrière en septembre 2015, avant de revenir pour un combat controversé et très rémunérateur contre la vedette des arts martiaux mixtes (MMA), Conor McGregor, en août 2017 à Las Vegas.

Mayweather a gagné sur les rings, grâce à des mirobolants contrats TV, près d’un milliard de dollars, mais sa condamnation à de la prison pour violences conjugales et son style de vie très « bling bling » n’en ont jamais fait l’un des enfants chéris du sport américain.

Le démon de la compétition, ou plus sûrement l’appât du gain, le démangent encore : depuis quelques semaines, il laisse entendre qu’il pourrait sortir à nouveau de sa retraite pour affronter une nouvelle fois son ancien grand rival, le Philippin Manny Pacquiao, ou défier le Russe Khabib Nurmagomedov qui vient de battre McGregor en MMA.

Mercredi, il a conclu son message en expliquant qu’il était « un boxeur à la retraite qui gagne des sommes d’argent sans précédent dans le monde entier pour des apparitions, des discours et, parfois, des petites exhibitions ».