/24m/city
Navigation

Montréal se conformera à la loi sur le drapeau du Québec

Montréal se conformera à la loi sur le drapeau du Québec
Sarah Daoust-Braun / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Montréal se conformera à la loi et au règlement sur le drapeau du Québec à partir du 19 novembre, alors qu’elle avait été rappelée à l’ordre en janvier par le ministère de la Justice.

«Nous mettons cet encadrement administratif en place pour nous conformer à la règle québécoise, et ce sera en vigueur dès le 19 novembre», a annoncé mercredi la mairesse Valérie Plante lors de la séance du comité exécutif, alors qu’une présentation sur la politique de pavoisement a été livrée.

La Ville de Montréal avait été critiquée dans les derniers mois pour ne pas se conformer à la loi et au règlement du drapeau national.

Dans le cadre d’une première phase, Montréal déploiera le drapeau du Québec et du Canada dans la salle du conseil municipal et la salle Peter-McGill. L’ordre des drapeaux sera aussi modifié à la Place Vauquelin, à côté de l’hôtel de ville, pour respecter l’ordre de préséance du drapeau du Québec au centre.

Statu quo

«Selon l’historique, l’administration du maire Jean Drapeau avait adopté la position du gouvernement fédéral, soit de donner [l'ordre de] préséance au drapeau de l’État, lorsque les drapeaux du Québec et du Canada sont arborés. Les administrations qui se sont succédé depuis ont conservé ce statu quo», a expliqué la Ville.

Jean Drapeau a été au pouvoir de Montréal de 1954 à 1957, puis de 1960 à 1986.

Le drapeau du Québec a toujours été déployé à l’extérieur de l’hôtel de ville depuis plus de 50 ans, a aussi précisé la Ville, sauf lors du réaménagement de la Place Vauquelin en 2016 où les trois mats officiels avaient été retirés.

Une deuxième phase s’attardera à tous les endroits où la Ville déploie sa bannière, puisque le drapeau national doit être aussi arboré. Un inventaire dans tous les arrondissements sera réalisé et tiendra compte de considérations techniques, architecturales et financières.

Valérie Plante a rappelé que la politique de pavoisement n’avait pas été revue depuis 1996.